Ainsi va la «démocratie » des bombes et des missiles.