La République 2.0 est arrivée. Pour le meilleur et pour le pire.