Consciente aussi que, si la gauche échoue, les premiers bénéficiaires seront l’autre opposition : la droite et l’extrême droite.