Par ailleurs, des membres de l'opposition ont été abattus par dizaines au Burundi depuis deux ans selon l'ONU, mais le pouvoir nie de telles exécutions extrajudiciaires, suscitant l'impatience grandissante des donateurs internationaux.