En fin de compte, le Premier ministre s’inscrit bien dans un rapport particulier à la Constitution : il peut contribuer à protéger le texte constitutionnel (lorsqu’il saisit le Conseil constitutionnel pour s’assurer du respect de la Constitution par la loi) mais aussi à le faire évoluer (lorsqu’il propose une révision constitutionnelle).