Quelques jours avant le sommet de la Francophonie mi-octobre à Kinshasa, le président français François Hollande avait qualifié d'"inacceptable" la situation des droits de l'Homme et de la démocratie en République démocratique du Congo. Joseph Kabila avait répliqué qu'il n'était "pas du tout complexé".