Si le PS refusait de se réjouir dimanche soir des divisions à droite, ce psychodrame électoral arrive à point nommer pour la gauche. Mal en point dans les sondages et confronté à une situation économique très douloureuse, François Hollande pourra au moins compter sur la guerre civile à l'UMP pour souffler un peu.