26/11/2012

Jean-Paul Epenge, le fameux "Mukusu", porte-parole du M23 dans les mauvais draps !

Jean-Paul Epenge, le fameux "Mukusu", porte-parole du M23 dans les mauvais draps !

Comédien de théâtre dans les années 70-80 du Groupe Nzoï du brillant acteur-comédien Koko dia Zombo, Jean-Paul Epenge, le "Mukusu de Saint-Denis" a cru qu'il peut continuer à faire de la comédie de la vie des autres, sans conséquences dans sa vie. Avant sa médiatisation à outrance entant que porte-parole du M23, alors que le Congo vit plusieurs drames: humanitaires, sociales, sécuritaires, écologiques... il résidait paisiblement avec sa petite famille au 7 allée du moulin de la trinité 93200 Saint-Denis. Cela fait une vingtaine d'années qu'il vit dans la région parisienne en France. Fieffé menteur dans l'interview qu'il a accordé à nos confrères de France 24, il a prétendu qu'il venait d'arrivée de Londres, qu'il irait à Bruxelles le lendemain et qu'il se préparait d'aller aux fronts à Goma. Depuis son interview, Jean-Paul Epenge se terre ! Celui qui a été nommé "Colonel" par decrét présidentiel de Joseph Kabila, sur la liste du CNDP de Laurent Nkundabatwaré, mais sans aucune formation militaire, a le trouillomètre à zéro. La vie de Jean-Paul Epenge a basculé. Lui qui cautionne et justifie le dramme humanitaire que vivent ses compatriotes à Goma à plus de 8.000 km de Paris, s'est rendu bien vite compte qu'il peut vivre Goma dans son appartement de Saint-Denis. Les Résistants-Patriotes-Combattants Congolais savent où il réside et patrouillent jour et nuit.

Jean-Paul Epenge, le "Mukusu de Saint-Denis", porte-parole du M23, sa vie a basculé depuis son interview sur France 24.

Prétextant que cela fait des jours qu'ils n'avaient plus les nouvelles de la famille Epenge, les Réistants-Patriotes-Combattants Congolais de France ont appelé les Sapeurs Pompiers. Ces derniers sont arrivés avec leurs matériels, ce n'est que lorsqu'ils ont failli cassé la porte, qu'ils ont entendu des cris à l'intérieur de l'appartement. Comme les Sapeurs-Pompiers sont toujours accompagnés de la police. Les policiers ont sécurisé Jean-Paul Epenge et sa famille.

Son épouse est la fille du Général Gabriel Amisi dit "Tango Fort", ami de Joseph Kabila. Le Général Gabriel Amisi, est le chef d’état-major des forces terrestres des Forces Armées de la République démocratique du Congo. Le Général-Major Gabriel Amisi Kumba alias Tango Fort est le numéro deux dans la chaine de commande militaire des forces congolaises. Et à chaque fois que nos vaillants soldats progressent sur terrain, c'est lui qui instruit les soldats Congolais d'abandonner armes et munitions au profit des rebelles. L'ordre venant de la haute hierarchie, c'est-à-dire Joseph Kabila.

Le Général d'operette et commerçant, Gabriel Amisi Kumba alias Tango Fort, ami de Joseph Kabila et beau-père de Jean-Paul Epenge, porte-parole du M23.

Ancien commandant rebelle au sein du RCD-Goma, Gabriel Amisi Kumba alias Tango Fort avait notamment été accusé par des organisations locales et internationales de défense des droits de l’homme d’avoir été directement impliqué dans des crimes de guerre. Le Général Amisi Tango Fort ne se contente pas de sa casquette militaire ; il est notamment le président du célèbre V-Club de Kinshasa. Selon plusieurs sources, il aurait passé un accord avec la compagnie minière Geminaco pour prendre le contrôle de la mine d’or d’Omate, dans le territoire de Walikale au Nord Kivu.

Dans une lettre datant de février dernier, et dont nos confrères de la BBC ont obtenu copie, le Général Amisi ordonne l’éviction d’une compagnie rivale – elle-même exploitant la mine sans en avoir les droits – et l’installation de Geminaco dans les chantiers d’Omate. De sources concordantes, le Général Tango Fort s’était vu promettre un pourcentage d’au moins 25% sur l’or extrait de la mine chaque mois. Le directeur de Geminaco, René Mwinyi, a nié l’existence d’un tel accord avec le Général, admettant simplement avoir eu recours à ses services pour, a-t-il indiqué, chasser la compagnie rivale et les militaires alors présents à Omate.

Les Résistants-Patriotes-Combattants Congolais de France sont allés faire du vacarme dans l'immeuble où habite Jean-Paul Epenge informant les habitants sur les activités politico-militaires de leur voisin, Jean-Paul Epenge. Outrés, les Français de l'immeuble, qui ont la résistance dans l'âme et qui ont vu les images du M23 à Goma n'acceptent plus d'avoir comme voisin, un "terroriste". Les Français qui se souviennent de l'occupation allemande sont choqués par des images de massacres, tueries, viols qui caractérisent le passage des miliciens du M23 au Congo.

Des milliers de Congolais fuient la ville de Sake, le 22 novembre 2012.

Des familles déplacées reviennent chez elles après la fin des combats dans les alentours de Goma, le 22 novembre 2012.

Des déplacés congolais dans leur propre pays.

Deux jeunes filles amènent des bidons d'eau à un camp de personnes déplacées de Mugunga, à 8km de Goma, le 22 novembre 2012.

Un enfant Congolais se promène dans un camp de personnes déplacées abandonné à Nyaruchinga, près de Goma, le 22 novembre 2012.

Jean-Paul Epenge est convoqué au Tribunal de Bobigny par la police judiciaire pour une confrontation avec les Résistants-Patriotes-Combattants Congolais. Il est accusé d'être un Seigneur de guerre résidant en France. Par sa caution du M23, il aurait contribué aux 8.000.000 de morts Congolais, d'après les Congolais.

Les commentaires sont fermés.