Une douzaine de jeunes femmes ont ensuite été condamnées dans leur pays à des peines allant jusqu'à un an de prison pour "débauche", la "pornographie", même dans un cadre privé, étant réprimée au Maroc.