Mon dernier message sera simple : contrairement aux idées reçues, les Français ont conscience de l’ampleur de la crise et de la profonde injustice qui en résulte. Ils attendent de la part du gouvernement une politique de solidarité nouvelle, qui s’attaque à l’urgence du moment tout en réformant durablement notre modèle social. Ce nouveau modèle français, que je défends avec ténacité, repose tout autant sur la redistribution et la solidarité publique que sur la compétitivité de nos entreprises. Le 6 mai dernier, les Français ont fait le choix du redressement dans la justice. Pour défendre la cohésion de notre corps social, nous devons faire preuve d’imagination et d’audace.

Je ne doute pas que nous y réussissions, car notre attachement à la solidarité ne se démentira pas : il trouve sa source dans les valeurs mêmes de la République. Pour ma part, je ne m’écarterai pas de ce chemin, j’en prends ici l’engagement.

Je vous remercie.