Au sortir du premier conseil des ministres de l'année, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a fixé les grandes lignes de l'action gouvernementale pour le premier semestre 2013. En tête de gondole : l'emploi et la croissance, mais aussi la justice sociale et la rénovation de la vie publique.

Il l'avait déclaré à la presse en sortant du traditionnel petit-déjeuner gouvernemental au ministère de l'Intérieur avant de se rendre à l'Elysée : les priorités du gouvernement pour les prochains mois sont "la mobilisation pour le redressement économique du pays, pour la justice sociale et pour la lutte contre le chômage". "Tout le gouvernement est mobilisé au service des Français et du redressement du pays dans la justice", a-t-il annoncé.

15 lois dans les tuyaux mais pas d'annonces significatives

Même son de cloche sur le parvis de l'Elysée au sortir du conseil, mais pas d'annonces significatives : "Le président l'a rappelé, la première priorité c'est de créer les conditions de la croissance, de la lutte contre le chômage avec l'objectif de renverser la courbe qui ne cesse d'augmenter depuis deux ans d'ici la fin 2013". Le Premier ministre a ainsi évoqué "pas moins de 15 projets de lois", mais sans préciser si ces lois étaient déjà dans les tuyaux ou si de nouvelles propositions seraient faites.

"Courage, pédagogie, cohérence et lucidité", autant de termes que Jean-Marc Ayrault a martelé pour insister sur la mobilisation de son gouvernement ces prochains mois. Il a aussi abordé les questions de justice sociale et la nécessité de "créer les conditions d'une véritable solidarité entre Français". Une manière d'évoquer à demi-mots la taxe à 75% retoquée par le Conseil constitutionnel, mais sans rentrer dans les détails, ni préciser si cette taxe sera enterré par le gouvernement ou réajustée.