Au Cameroun, on semble attendre un messie, un sauveur qui viendrait bousculer les choses avant de le suivre comme un seul homme : ce messie ne viendra pas, ni de l’intérieur ni de l’extérieur. Pendant que les Camerounais attendent, Paul Biya fait des courbettes devant les patrons français en parlant PPTE et joint-ventures pour appeler la manne étrangère.