On sent que les autorités congolaises qui règnent par défi sont embarrassés par leur hôte qui vient d'apprendre à ses dépens que devant l'ouragan de l'histoire mûr ou pas mûr, le fruit tombe quand même. Delà à traverser le fleuve Oubangui en hélicoptère ou à pied comme l'a fait Bozizé et sa famille, il n'y a qu'un pas !