C'est la première attaque sérieuse sur une ambassade à Tripoli depuis la chute de Mouammar Kadhafi, en 2011. "Cet attentat était fait pour tuer, mais la France ne cédera pas", a martelé Laurent Fabius, qui a annoncé le renforcement des mesures de sécurité sur place, avec notamment l'envoi du GIGN à Tripoli. La petite école et le centre culturel français de Tripoli resteront fermés aujourd'hui.