Mais la commémoration des luttes, des résistances et des révoltes qui menèrent à l’abolition de l’esclavage, n'a de sens que si elle s'inscrit dans le combat contre le racisme et les discriminations et si elle marque une réelle volonté politique d'une France qui tourne définitivement le dos au passé colonialiste.

Paris, 10 mai 2013.

Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP)