Aujourd’hui, les syndicats sont dans une situation de veille critique sur les réformes pour que la rigueur ne pèse pas sur les salariés», note Bernard Vivier, directeur de l’Institut supérieur du travail.