Nous, la France et l’Allemagne, invitons nos partenaires ainsi que les institutions européennes à réfléchir à ces propositions dans la perspective du prochain Conseil européen de juin. Nous considérons que ce sont des mesures à prendre dans les deux ans à venir, afin d’approfondir notre Union économique et monétaire pour une Europe de la stabilité et de la croissance plus forte — au bénéfice de nos concitoyens.