Maos au nom de l’intérêt supérieur de la Nation, et compte tenu de l’impératif de barrer la route aux ennemis du Congo et des Congolais, il est tout à fait indiqué d’arrêter les frais et de mettre Monsengwo hors d’état de nuire. A ce sujet, le Président de la République pourrait opportunément lui retirer sa confiance, car le Siège sollicite toujours l’avis des autorités des pays dont les candidats au cardinalat sont originaires.

Pascal Debré Mpoko