Face à la Flandre majoritaire, où la monarchie est moins populaire, il devra, s'il est appelé à intervenir encore dans la formation d'un gouvernement fédéral, faire preuve à la fois de doigté et de prudence. Les spéculations sur la capacité de Philippe à devenir roi pourraient d'ailleurs également expliquer la décision du chef de l'Etat, soucieux d'y mettre un terme.