Le renversement de M. Morsi est une nouvelle «phase de ce qui s'est passé auparavant et mérite le même traitement», a-t-il argué.