Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a justifié mardi l'alimentation forcée, affirmant ne pas vouloir "que ces individus meurent".