Mais la reconquête de l'opinion s'annonce ardue. Les experts restent très dubitatifs sur la capacité du chef de l'Etat à tenir sa promesse d'inverser la courbe du chômage à la fin de l'année, au moment où le nombre de sans-emploi a dépassé 3,2 millions de personnes. L'entourage de François Hollande, lui, veut croire que les Français sont certes "déprimés" mais n'ont "pas de colère dirigée contre le président". Il n'en reste pas moins qu'ils jugent très sévèrement son action. Seulement 30 % disent en être satisfaits dans un récent sondage IFOP.