Cette opiniâtreté, doublée d’une grande habileté à exploiter les faiblesses de l’adversaire, faisait dire jadis au diplomate américain Averell Harriman (1891-1986) que «négocier avec les Russes, c’est acheter deux fois le même cheval».