Yuval Steinitz, chef de la délégation israélienne qui a boycotté le discours du président iranien, a préconisé d'accroître la pression sur l'Iran : "Plus la pression économique et militaire augmente sur l'Iran, plus la diplomatie a des chances de succès".