Face à Hassan Rohani, François Hollande a une nouvelle fois insisté pour que Téhéran accepte un gouvernement de transition doté de tous les pouvoirs, excluant Bachar el-Assad.