Le Communiqué de Genève adopté à l'issue de la première conférence de Genève en juin 2012 prévoit notamment la formation d'un gouvernement de transition par le régime syrien et l'opposition, mais ne dit rien sur le sort du président Bachar el-Assad dont le départ est exigé par l'opposition en tant que préalable à son dialogue avec Damas.