«Le gouvernement est appelé à éradiquer la criminalité urbaine (...) en utilisant les moyens et méthodes qui respectent les droits de l'Homme», et les délinquants «doivent être arrêtés, traduits en justice et condamnés à des peines proportionnelles à leurs actes de gangstérisme répréhensibles», a plaidé le Renadhoc.