Par ailleurs, ce mercredi, la première manifestation contre «la présence française à Kidal» a rassemblé un demi-millier de personnes dans le centre-ville au moment où Sanogo était présenté à son juge d’instruction.