Espérons vivement le jour que les barons et apparatchiks joséphistes seront contraints de traverser le fleuve Congo à pied, avant ils penseront à demander une prière de salut pour leur âme étourdi au cardinal.