A la suite de cette décision, le ministère de la Justice a demandé aux parquets l'arrêt immédiat des géolocalisations, dans l'attente du projet de loi.