Pour les cinq organisations, les pays membres du Conseil des droits de l’Homme de l'ONU doivent exhorter les autorités algériennes à mettre en œuvre ces recommandations.