23/02/2014

Reculade d'Aubin Minaku: King Kester Emeneya sera honoré par des Congolais au Palais du peuple!

Reculade d'Aubin Minaku: King Kester Emeneya sera honoré par des Congolais au Palais du peuple!

C'est une vraie reculade d'Aubin Minaku, l'impopulaire président de l'Assemblée nationale, apparatchik, baron et faucon du régime des joséphistes, après l'article de Réveil FM International du 22 février et les réactions de plusieurs congolais indignés. Nous avons secoué le cocotier, en roquet et chien de garde, nous avons usé de la langue de rasoir ! Acculé, interpellé et blâmé de partout, Aubin Minaku "Monsieur Idiofa" est revenu sur sa odieuse et injuste décision d'empêcher que la dépouille de King Kester Emeneya ne soit pas honoré par des Congolais au Palais du peuple. Le pied de nez est que dans "Milonga Kwango", Muntu wa Zamani chantait: "Ba Mpika Na Beto, Bo Me kuma Ba Mfumu...". "Ceux qui étaient nos esclaves il y a quelques années, sont devenus nos chefs et règnent sur nous". Haro donc aux usurpateurs, imposteurs, arrivistes et parvenus ! Illico presto, un communiqué du Palais du peuple, signé par Samuel Diampava Tandu, son Administrateur Gestionnaire, est parvenu à Réveil FM International.

Reculade d'Aubin Minaku: Le "Grand Nkukuta" King Kester Emeneya aura son dernier hommage par les Congolais au Palais du peuple. Photo Réveil FM international, archives

 

Il est porté à la connaissance du public que suite à la demande de la population de Kinshasa, il a plu aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, les honorables Aubin Minaku et Kengo wa Ndodo, d'autoriser à titre exceptionnel, la tenue des obsèques de l'artiste musicien Mubiala « Emeneya » au Palais du peuple du Congo, selon le programme qui sera annoncé par l'hôtel de ville de Kinshasa, dérogeant ainsi à l'inviolabilité du siège du Parlement telle que consacrée par les règlements d'ordre intérieur de l'Assemblée nationale et du Sénat. Ils demandent au public de se comporter en patriote et de respecter toutes les consignes qui leur seront données par les services de sécurité et de protocole.

Ouf, les squatteurs et parlementaires godillots ont compris que le Palais du peuple appartient au peuple congolais. Le Palais du peuple n'a pas un hémicycle, il a été conçu pour les activités culturelles par des Chinois, s'est exclamé Jean Kalama Ilunga. Les "applaudisseurs" n'ont qu'à aller à N'sele !

Pourquoi Franco Luambo Makiadi, Papa Wendo Kolosoy, Pépé kallé Kabasele Yampanya wa ba Mulanga, Tabu Ley Rochereau ont été honorés au Palais du peuple, pas King Kester Emeneya ?

La réparation vient d'être faite "à titre exceptionnel" King Kester Emeneya sera honoré au Palais du peuple.

On ne badine pas avec un peuple. Sans les godillots squatteurs du Palais du peuple ont bien réfléchi. Après avoir causé un bain de sang à Bukavu pour empêcher Vital Kamerhe de parler à ses militants, à l'heure où à Kiev en Ukraine, le président Viktor Ianoukovitch est en fuite, que Volodymyr Rybak, le président du Parlement ukrainien a donné samedi sa démission...Il ne faut pas trop pousser au soulèvement populaire des Kinois !

09:47 Écrit par Freddy Mulongo | Tags : freddy mulongo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

21/02/2014

Kabileries Kinois: Aubin Minaku refuse que les Congolais rendent un dernier hommage à King Kester Emeneya au Palais du Peuple !

Kabileries Kinois: Aubin Minaku refuse que les Congolais rendent un dernier hommage à King Kester Emeneya au Palais du Peuple !

Le "Grand Artiste" King Kester Emeneya décédé à Paris, Aubin Minaku refuse que les Congolais lui rendent un dernier hommage au Palais du peuple. Photo Réveil FM international, archives

Alors que les hommages sur King Kester Emeneya fusent du monde entier depuis sa disparition à Paris, le 13 février dernier. Les médias et réseaux sociaux mondiaux ne sont pas du reste. Les Congolais honorent les grands artistes décédés au palais du peuple avant leur enterrement. Franco Lwambo Makiadi, Tabu ley Rochereau y ont été honorés, pourquoi pas King Kester Emeneya ? Commandé par Mobutu Sese Seko, l'ouvrage culturel fut construit de 1975 à 1979 par la Chine. Réquisitionné par l'Assemblée nationale et le Sénat-qui squattent le lieu, le Palais du peuple ne doit pas échapper à sa vocation première: le lieu par excellence de la culture congolaise.

  

 

Ce que les fins limiers de Réveil FM International apprennent est scandaleux. Aubin Minaku, président de l'Assemblée nationale, apparatchik, baron et faucon du régime des joséphistes refuse que le Palais du peuple serve de cadre pour le dernier hommage à King Kester Emeneya par des Congolais. C'est le côté officiel qui est présenté. Au fait l'impopulaire président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku refuse parce que Kua Mambu Mubiala "King Kester Emeneya" avait refusé de chanter pour Joseph Kabila lors de la campagne de 2011, alors qu'Aubin Minaku était le secrétaire général de la Majorité présidentielle et dirigeait la campagne de l'incapacitaire et faillitaire de Kingakati. La rancune et jalousie ont la dent dure chez l'homme d'Idiofa. En plus, Mama Bibiche Matingu qui est devenue la femme de Minaku est une ancienne copine de Mutu wa Zamani. Il ne suffit pas d'avoir cinquante ans bien sonné, de porter des lunettes, d'enfiler des costumes pour être un homme moderne. C'est tout un état d'esprit. l'attitude tribalo-ethnique de Minaku détonne.

Par rancune et jalousie contre King Kester Emeneya, Aubin Minaku, faucon du régime des joséphistes refuse que les Congolais lui rendent un dernier hommage au Palais du peuple.

Et pourtant, originaire d’Idiofa dans la province du Bandundu, Aubin Minaku est né à Kinshasa en 1964. Cet ancien élève des Jésuites à Kinzambi (Bandundu) et des Salésiens à Imara (Lubumbashi-Katanga) est licencié en Droit international public de l’Université de Kinshasa. Il a travaillé dans la magistrature entre 1990 et 1998 comme substitut puis 1er substitut du Procureur de la République au Parquet de grande instance de Kinshasa-Matete, comment ne peut-il comprendre qu'un pays rende un dernier à un de ses fils qui a fait connaitre la Congo et sa musique dans le monde ?

 

Par rancune et jalousie contre King Kester Emeneya, Aubin Minaku, faucon du régime des joséphistes refuse que les Congolais lui rendent un dernier hommage au Palais du peuple.

C'est une vraie kabilerie de plus à Kinshasa. Le régime des Joséphistes refuse que la dépouille mortelle de King Kester Emeneya aille à Kinshasa avant le sommet de la Comesa-le Marché commun de l'Afrique orientale et australe-qui se tient du 25 au 27 février. C'est le gouvernment qui a imposé la date du 28 février pour le départ du corps de Paris pour Kinshasa. Les 1 et 2 mars, les Congolais peuvent honorer pacifiquement King Kester Emeneya avant son enterrement au Nécropole de Kinshasa.

Par rancune et jalousie contre King Kester Emeneya, Aubin Minaku, faucon du régime des joséphistes refuse que les Congolais lui rendent un dernier hommage au Palais du peuple.

Si Aubin Minaku en veut toujours à King Kester Emeneya, qu'il redevienne bantou. Sa jalousie et rancune obscurcissent sa raison. Aubin Minaku est devenu un autiste qui utilise sa position de faucon, apparatchik et baron d'un régime pour rendre des comptes à King Kester Emeneya, qui n'était pas un politicailleur mais un Grand Artiste qui a fait connaitre le Congo dans le monde. L'artiste ne meurt jamais car il a ses œuvres. Et politicard-politicailleur Congolais ? Il est comme la paille, elle brûle trop vite et après on oublie...Le cimetière de l'histoire congolaise est plein des policailleurs ventripotents impopulaires sans envergure qui ont oublié qu'être politicien, c'est être proche de ses concitoyens, connaitre et servir leurs aspirations et attentes. Il faut laisser aux Congolais honorer King Kester Emeneya au Palais du peuple !

19:08 Écrit par Freddy Mulongo | Tags : freddy mulongo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

27 mars 2014: Forum International sur " La liberté de presse et droits de l'homme, cas de la RDC" au Press Club à Paris

27 mars 2014: Forum International sur " La liberté de presse et droits de l'homme, cas de la RDC" au Press Club à Paris

Le jeudi 27 mars 2014 au Press Club, hôtel Pullman Montparnasse à Paris, la première édition du Forum International pour la liberté de presse et droits de l'homme, cas de "La République démocratique du Congo". Trois journalistes organisateurs: Roger Bongos-Afrique Rédaction, Doyen Lilo Miango-"Magazine Ngambo Na Ngambo" et Freddy Mulongo-Réveil FM International.

Les Salons du Press Club de France se situent à 2 pas de la Gare Montparnasse dans l’enceinte de l’hotel Pullman Montparnasse. Le Press Club est un lieu unique, une escale incontournable pour tous ceux qui ont pour passion l’information et la communication. C’est un lieu neutre où chacun peut côtoyer l’autre dans le plus grand respect de son indépendance.

Créé en 1986 par le journaliste Emmanuel de La Taille et les entrepreneurs Paul Dubrule et Gérard Pélisson, co-fondateurs du Groupe Accor, le Press Club est à la fois la « Maison » des journalistes et une plate-forme de services pour les communicants.

Sa vocation est d’être :

- un centre d'information – Journalistes, hommes politiques, patrons d’entreprises se succèdent tous les mois à la tribune du Club. Plus de 40 conférences de presse et débats sont proposés par an aux membres.

- un réseau – Près de 900 membres (journalistes et dirigeants) sont soucieux de partager leur expérience dans un esprit d’ouverture aujourd’hui reconnu de tous.

- un pôle de services – A disposition : un restaurant, une salle à manger privée, une salle de presse (AFP, Wi-Fi, kiosque à journaux). Les membres ont également accès au bar ainsi qu’aux 33 salons de réception (de 12 à 900 m²) de l’hôtel Pullman Rive Gauche au sein duquel le Press Club est installé

 

L’hotel Pullman Paris Montparnasse (anciennement Méridien Montparnasse) est situé sur la rive gauche de Paris. Depuis le début du 20ème siècle, le quartier d'avant-garde a été populaire auprès des artistes, des écrivains et des intellectuels.

Le jeudi 27 mars 2014 au Press Club, hôtel Pullman Montparnasse à Paris, la première édition du Forum International pour la liberté de presse et droits de l'homme, cas de "La République démocratique du Congo".

19:03 Écrit par Freddy Mulongo | Tags : freddy mulongo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |