«S’il suffit d’acheter un journal pour en devenir le rédacteur en chef, l’éditorialiste ou l’intervieweur vedette, alors nous pouvons craindre pour la crédibilité du journalisme et plus largement la santé de notre démocratie», conclut le communiqué de RSF.