18/07/2014

Accrédités de Kingakati-Château Rouge-Barbès: "La guerre de tous contre tous" ?

Accrédités de Kingakati-Château Rouge-Barbès: "La guerre de tous contre tous" ?

Invisibles, sans adresse fixe connue, ils sont des fantômas ! Les accrédités de Kingakati-Château Rouge-Barbès sont des situationnistes, obscurantistes et zombies du net qui tapissent l'internet pour défendre le régime odieux, glouton en assassinat, sanguinaire, anti-peuple et autocratique d'alias Joseph Kabila. A Paris, c'est à visage découvert que Freddy Mulongo-Réveil FM International et Roger Bongos-Afrique Rédaction que nous nous exprimons librement bravant la terreur qui sévit actuellement au Congo-démocratique dans le chef des journalistes congolais dont la majorité est transformé en thuriféraires et coupagistes du régime.

Février 2011, Freddy Mulongo-Réveil FM International et Roger Bongos-Afrique Rédaction au Centre d'Accueil de la Presse Étrangère (Cape), le lendemain de l'agression de Roger Bongos par les barbouzes de Myra Ndjoku. Photos Réveil FM International, archives

Depuis 1999 sur la bande FM 105.4 Mhz à Kinshasa et depuis mars 2007 sur le net notre ligne éditoriale est la même: "Défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse". Il est bizarre de constater que ceux à qui nous avions librement donné la parole pour qu'ils s'expriment sur ce principe inaliénable de la "Liberté d'expression" aient le toupet et culot de nous dire que nous n'avions pas le droit d'interviewé Vital Kamerhe, président de l'UNC. Peut-être ont-ils cru que c'est pour leurs beaux yeux, leur intelligence, qu'on les avaient donné la libre parole dans nos médias, pas d'autres. Même un expulsé de Sarkozy, incapable d'acheter un café à 1,20 euro à quelqu'un s'est mis à supputer que nous avions reçu des millions pour faire l'interview. Pauvre type ! Le plus déconcertant est que ceux qui connaissent notre passion, notre dévouement pour notre métier, notre conscience professionnelle et probité ont pu garder silence. Des vrais lâches. "C'est par lâcheté qu'on perd ses amis, et pour les avoir perdus, on devient encore plus lâche" déclarait Jean Rostand. La presse a la mémoire, les journalistes ne sont pas des amnésiques.

Roger Bongos à Bercy. Photo Réveil FM International

Roger Bongos lors de l'exposition "Femmes Résistances" au Sénat. Photo Réveil FM International

Pour rappel: Le jour où notre confrère et frère Roger Bongos a été lâchement agressé par les barbouzes de Myra Ndjoku à la gare. Le premier média a réagir et à manifester sa solidarité fut Réveil FM International avant que Reporters Sans Frontières ne s'en mêle. Dans un article du mercredi 23 février 2011 intitulé:Face aux Kabileries et barbouzeries contre des journalistes Congolais, défendre la liberté d'expression, la liberté de presse ! Nous écrivions: A Paris, ville des lumières et capitale du pays des droits de l'homme, le dimanche 13 février 2011, notre confrère Roger Bongos a été sauvagement agressé à la Gare du Nord lors de la venue en catimini de Olive Lembe Disita Kabila, first lady du Congo dit "démocratique". Le Thalys était arrivé vers 14h45, Roger Bongos avec son réflexe journalistique, caméra aux bras s'était mis à filmer, les barbouzes qui accompagnaient Olive Lembe Disita Kabila, plus les "Tontons Macoutes" de Myra Ndjoku, ont plaqué Roger Bongos par terre, essayant de le traîner sur les rails, lui broyant les doigts pour qu'il relâche sa caméra. Dans cette agression gratuite en plein période d'opération "Vigipirate", notre confrère à protéger sa tête pour ne pas tomber dans le quai mais aussi la caméra. Roger Bongos a pu s'en sortir parce qu'il est un colosse, un vrai malabar, s'il était chétif sans doute qu'il y restait. C'est un "Gaulois" qui est venu à rescousse de notre confrère menaçant "Les barbouzes et Tontons Macoutes" avec cette phrase: "ça suffit maintenant, vous n'êtes pas dans une République bananière. Le journaliste a droit de faire son travail". Roger Bongos est le troisième journaliste de la République démocratique du Congo a être agressé gratuitement par les sbires du régime dictatorial totalitaire de Kinshasa. Les Kabileries riment avec barbouzeries.. Cette vidéo est un testament incontestable de l'engagement de notre confrère Roger Bongos.


OLIVE KABILA A LA GARE DU NORD VENUE EN CATIMINI par afriqueredaction

Sans ambages, nous avions mené une guerre médiatique au fameux ambassadeur plénipotentiaire Myra Ndjoku qui se comportait en barbouze à Paris. Il est décédé sans avoir réussi à accomplir sa mission de déstabilisation de la résistance congolaise en France.

Samedi 28 février 2012, Freddy Mulongo et Manuel Valls, Premier ministre à l'époque Directeur chargé de communication lors de la campagne de François Hollande, au Zénith de Limoges. Photo Réveil FM International, archives

Embrouilleurs, les accrédité de Kingakati-Château Rouge-Barbès sont des joséphistes turiféraires du régime de Kinshasa, ils sont des infiltrés dans la diaspora congolaise "Tokokundola bango nyonso". Les accrédité de Kingakati-Château Rouge-Barbès vivent sous l'eau "Na se ya mayi" dans les eaux profondes. Ils vivent cacher et ne sortent des eaux non pour prendre un bol d'air, de l'oxygène, non pour respirer l'air frais mais pour faire diversion, invente des allégations, fabrique des ragots, rumeurs et surtout torpiller le travail qui est fait par les Congolais dans la résistance.

Aéroport de Roissy Charles de Gaulle, Freddy Mulongo avant le voyage officiel du Premier ministre au Canada. Photos Réveil FM International, archives

La France est une grande nation, cinquième puissance mondiale, elle a beaucoup d'atouts. En France, on compte plus de 36 000 journalistes parmi eux une poignée des Congolais connus et reconnus. Nous ne sommes très nombreux à travailler avec les institutions françaises, mais ceux qui sont accrédités font du bon travail, leur indépendance d'esprit et professionnalisme sont reconnus. Il est vraiment aberrant que l'expulsé de Nicolas Sarkozy, ses fanatiques veuillent "moutonner" les journalistes de la diaspora congolaise. Alors que la liberté d'expression est fondamentale au pays de Voltaire, des écervelés croient qu'ils peuvent piétiner le droit des journalistes d'exercer librement leur métier sans retour de la manivelle ? Pourquoi un journaliste congolais n'a pas le droit d'interviewer qui il veut ? Qui a donc érigé cette censure au sein de la communauté congolaise ? Ceux qui se font appeler pompeusement "Excellence", sans ricaner, alors qu'ils n'ont aucun pouvoir et s'autorisent à vilipender les journalistes congolais qui font "En toute liberté" leur travail, que ne feront-ils pas si par malheur ils arrivaient au pouvoir ? Les journalistes seront muselés, bâillonnés voire assassinés comme avec le régime actuel de Kinshasa que nous dénonçons et déplorons. Pas question de se laisser faire, ni de se laisser piétiner par ceux là mêmes qui par leur autocratisme et gestion alambiquée du Congo ont contribué à la descente aux enfers du pays de Simon Kimbangu, et depuis des lustres qu'ils parlent de la libération, une vraie arlésienne qu'on ne voit rien venir !

Freddy Mulongo dans l'avion de la République française. Photo Réveil FM International, archives

Hélène Hug, journaliste politique de France 2 et Freddy Mulongo. Photo Réveil FM International, archives

Freddy Mulongo et l'équipage de l'avion de la République française. Photo Réveil FM International,archives

 

Que les politicailleurs fassent leur boulot ! Ne pas être d'accord avec des journalistes, c'est tout à fait normal. Mais tenter de "Moutonner" les journalistes de la diaspora congolaise est une grave erreur aux conséquences incalculables. Se substituer aux journalistes avec ses radios "Machettes-Mille collines" patriotiques qui inoculent le venin de la haine et xénophobie dans la communauté au lieu de fédérer les congolais de tous les horizons, est un manque de maturité politique. Rassembler, fédérer... les fils et filles ressortissants d'un pays est une mission noble. Monter les Congolais les uns contre les autres, clivés les Congolais, réveiller l'ethno-tribalisme alors que les congolais ont besoin des autres pour un destin commun, en mettant en veilleuse ce qui divise, en mettant en exergue ce qui fait avancer, ce noble mission n'est pas donné à tous, mais doit être rechercher par tous.

Les journalistes congolais défenseurs de la vérité que les écervelés accusent d'avoir l'esprit tordu doivent se consoler :"Dieu écrit droit avec des bâtons tordus" me disait un jour André Dumas, théologien protestant Français (1918-1996). Vaste consolation ! Les invisibles fantômas accrédités de Kingakati -Château Rouge-Barbès n'ont qu'à bien se tenir.

21:57 Écrit par Freddy Mulongo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

"Allô, c'est Jean-Claude Muyambo, je suis à Kikwit" ! Fieffé menteur le fameux "Ami des animaux-440ha" se cache à Lubumbashi !

"Allô, c'est Jean-Claude Muyambo, je suis à Kikwit" ! Fieffé menteur le fameux "Ami des animaux-440ha" se cache à Lubumbashi !

Le pot aux roses vient d'être découvert ! L'épouse du cabotin Jean-Claude Muyambo est juge présidente au parquet de Lubumbashi. C'est cette complicité qui explique la spoliation à grand échelle de celui qui s'est autoproclamé avocat et n'a jamais gagné aucun procès. C'est "Jojo" qui fait disparaître des plaintes et documents contre son spoliateur de mari au parquet. Une vraie mafia: Jean-Claude Muyambo spolie, "Jojo" la protège !

Jean-Claude Muyambo "Joe Dalton"

Depuis le décès le 12 juin dernier de Papa Paul Mujinga Kalala pour kidnapping, maltraitance et emprisonnement à la prison de Kassapa par le cabotin-spoliateur Jean-Claude Muyambo, papa Paul Mujinga Kalala qui repose désormais au cimetière de Kasungami côté commune Katuba à Lubumbashi, laissant dans la détresse, une veuve Mama Jeanne Kalume Kasongo et treize enfants. Papa Paul Mujinga Kalala n'était pas propriétaire mais gardien de la parcelle de Mama Théthé spoliée par Jean-Claude Muyambo. Coup de théâtre pour se soustraire des convocations de la justice, en bon fieffé menteur, Jean-Claude Muyambo se cache dans son "Muyambo Park" 440 ha mais répond au téléphone qu'il est à "Kikwit" dans la province du Bandundu. Et lorsqu'on se rabat sur les téléphones de ses avocats: Maître Akim: 00243813238370 et Michel: 00243818084292,c'est la même chanson. Un spoliateur est comme pyromane, il est pagailleur par nature, il fout la pagaille. Jean-Claude Muyambo dans sa spoliation effrénée à Lubumbashi a déjà un mort dans sa conscience.

 

Jean-Claude Muyambo "Joe Dalton"

Il se croit tout permis à Lubumbashi dans le Katanga. Fieffé menteur, Jean-Claude Muyambo, spoliateur

Signalons que le 4 février 2014, Papa Paul Mujinga Kalala n'était pas kidnappé seul. Il y a aussi Papa Gaby Kynugu Mukalay victime du kidnapping de Jean-Claude Muyambo. C'est sous la torture qu'on a arraché la signature à Papa Gaby Kyungu Mukalay afin que Jean-Claude Muyambo en devienne propriétaire. D'ailleurs à la mort de Papa Paul Mujinga Kalala à la prison de Kasapa, pour faire diversion Papa Gaby Kyungu Mukalay a été déplacé de la cellule 11 à celle du N°1. C'est "Jojo" la juge présidente et épouse de Jean-Claude Muyambo a fait des pressions sur le directeur de la prison de Kasapa, Monsieur Justin Kasuku.

Madame Claude Kabange Mulongo Lukomba, la "Jeanne d'Arc" de la dynastie Mulongo

C'est une femme qui fait peur à Jean-Claude Muyambo. Le terroriste est terrorisé, il vit caché à Lubumbashi mais répond à son téléphone qu'il est à Kikwit.

De manière décomplexée, avec beaucoup de détermination mais surtout en s'inspirant de son père David Mulongo Wakumu Nwa na Leza Diwi dia Ntambo, premier intellectuel, évolué à l'époque coloniale et administrateur de territoire à Malemba-Nkulu dans le Nord Katanga, que Madame Claude Kabange Mulongo Lukomba tient tête à l'un des mafieux de la province: Jean-Claude Muyambo. Homme de paix qui n'a jamais cherché noise à personne, pasteur méthodiste, David Mulongo Wa Kumwa Na Leza Diwi Dia Ntambo aura été toute sa vie un homme pacifique.

Madame Claude Kabange Mulongo Lukomba, est la fille cadette du pasteur. Comme toutes les filles cadettes, elle a été aimée, choyée et gâtée par ses parents. Elle n'a jamais manqué de rien. Peut-elle être impressionnée par un arriviste, opportuniste et situationniste comme le fameux cabotin Jean-Claude Muyambo ? Non.

Elle a organisé un collectif des victimes de Jean-Claude Muyambo, elle a porté plainte en bonne et due forme, avec des victimes, elle a mobilisé les Ong des droits de l'homme, elle vient avec les victimes d'écrire une lettre ouverte à Jean-Claude Muyambo ! A Paris et Bruxelles, ses avocats peaufinent les dossiers.

Nous apprenons que le Général Mbala occupe abusivement une maison spoliée au Quartier Joli City. C'est Jean-Claude Muyambo qui l'a placé dans une maison d'autrui afin de semer la pagaille dans le quartier avec ses soudards.

21:55 Écrit par Freddy Mulongo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Le Front Civil de Résistance Populaire, deux ans déjà !

Le Front Civil de Résistance Populaire, deux ans déjà !

Paul Kahumbu Ntumba, membre du Directoire du Front Civil de Résistance Populaire. Photo Réveil FM International, archives

Pour mieux agir il faut se structurer. Les "Lions" de la résistance qui ont combattu le régime du dictateur Mobutu qui l'ont mis KO et qui savent que le régime actuel d'usurpation qui règne par défi actuel des Mammouths joséphistes n'est qu'n régime de la grenouille qui veut être aussi grosse que le bœuf ! Le Directoire du Front Civil de Résistance Populaire a célébré ses deux ans d'existence à Lausanne, le 30 juin dernier, dans la sérénité: "une veillé d'arme, sans tambours ni trompettes pour constater le chemin parcouru". Comme on dit:"Bakendaka bokila na batu ya Makelele té", "On ne va jamais à la chasse avec des bruiteurs". A l'issue de leur réunion à huis clos Paul Kahumbu membre du Directoire a fait la déclaration suivante au nom du Front Civil de Résistance Populaire:

Avant de se rendre à Lausanne pour la veillée d'arme du Front Civil de Résistance Populaire, Jean-Kalama Ilunga, membre du Directoire avait répondu à nos questions au Centre George Pompidou Beaubourg à Paris. L'ancien conseil culturel de M'zée Laurent Désiré Kabila demeure égal à lui-même. Il n'a pas changé d'un seul iota ses convictions à l'égard du régime qui sévit à Kinshasa. Pour s'en convaincre il s'appui sur l'histoire que lui a connu, à la quelle il a participé: "Le Maréchal Mobutu était tout puissant, accueilli en grande pompe dans les capitales occidentales, craint par d'autres chefs d'Etat mais il a été renversé, sa fuite demeure historique...Le régime actuel qui a assassiné et trahi les idéaux de M'zée Laurent Désiré Kabila ne vaut rien, il est trop léger et ne pèse même pas sur l'échiquier national et international. Il se maintient par défi et terreur".

Jean-Kalama Ilunga. Photo Réveil FM International

Réveil FM International avait couvert la première veillée d'arme à Lausanne. Rétrospective:

Veillée d'armes avec Simon Kimbangu et Patrice Lumumba à Lausanne

Par Freddy Mulongo, jeudi 7 juillet 2011 Radio Réveil FM International

Des Congolais de la Suisse ont organisé le 2 juillet 2011 de 15h-22h30 au Pôle Sud à Lausanne, une veillée d'armes de réarmement moral avec deux figures de prou de la résistance congolaise, deux personnalités importantes du Congo: Simon Kimbangu et Patrice Emery Lumumba dont les discours et les actes pour la libération du Congo ont été passées au peigne fin, pour briser les chaînes de l'esclavage actuelles des apparatchiks josephistes, prédateurs de richesses du Congo. Le maître d'oeuvre de cette veillée d'arme pacifique: Paul Kahumbu Ntumba. L'ancien président de l'Udps Suisse, entré depuis en résistance contre l'occupation du Congo n'est allé par quatre chemins: "Nous ne sommes pas pour faire des jérémiades sur notre pays, le constat est connu. Nous sommes là pour réflechir, pourquoi nous nous sommes laissés faire ? Comment avons-nous accepter que des marchands du temple puissent entrer dans notre maison commune ? Et comment faire pour bouter dehors de notre pays des prédateurs vampirisants assoiffés de sang de congolais et de surcroît pillards de nos richesses ?" Les orateurs ont été à la hauteur: M'zée Pierre Yambuya, l'honoraire Directeur Général de la DGM a rappelé son passé de maquisards avec des vieux résistants depuis 1960 au lendemain de notre "indépendance". Il a signifié que la résistance congolaise doit se donner des vrais objectifs et des moyens pour des actions concrètes. Le Dr. Fweley Diangituka est allé dans le même sens, interpellant de vive voix les Congolais sur leur passivité face aux dérives dictatoriales du pouvoir de Kinshasa.

Patrice Emery Lumumba, l’un des pères de l’indépendance de la République Démocratique du Congo fut assassiné et inhumé dans une même fosse commune avec ses amis Mpolo et Okito à Shilatembo au Katanga. Photo Réveil FM International, archives

Les Congolais sont chosifiés, paupérisés à volonté par une bande de mafieux qui ont été chassés mais qui sont revenu avec les méthodes et les mêmes erreurs. C'est la même classe politique constitué des mammouths et dinosaures saupoudré de quelques Kadogos, Nitendoïstes, arrivistes, parvenus et opportunistes qui règne au Congo. Ni Tata Simon Kimbangu, ni Patrice Emery Lumumba n'ont pris des armes pour gagner les coloniaux. Leur force mental, convictions politiques libératrices et incorruptibilité étaient déterminants face aux forces maléfiques des coloniaux dont la tactique était simple : diviser pour mieux régner par la corruption. Si Tata Simon Kimbangu était corruptible, il n'aurait pas été le plus long prisonnier de la terre africaine, 30 ans de prison alors que Nelson Mandela n'en a fait que 27. Si Patrice Emery Lumumba n'aimait pas le Congo, n'avait pas une vision unitaire de ce pays, était corruptible comme d'autres congolais qui l'ont trahi, il serait resté longtemps au pouvoir. Dans le premier gouvernement de Mobutu, après son coup d'Etat de novembre 1965, on retrouvait les mêmes pseudo-lumumbistes qui l'avaient trahi. Le tout-puissant Mobutu Sese Seko n'a jamais pensé qu'il quitterait le pouvoir par la petite porte en fuyant le Congo. Devenu dictateur et autoproclamé Maréchal, l'ogre de Kawele qui avait un palais à Savigny, n'y mettait plus les pieds tellement des Congolais de la Suisse s'étaient dressés comme un seul homme face à sa dictature. Même la Suisse oú il avait un palais s'était permis de lui refuser le visa. L'homme qui avait pillè le Congo, dont la toque de léopard équivalait à la dette extérieur de la République démocratique du Congo ex-Zaïre, est mort au Maroc dans un anonymat complet, enterré par 14 personnes. Joseph Kabila avec sa dictature totalitaire et sa mains mise sur toutes les institutions du Congo, est sur les traces de Mobtu Sese Seko. Les fronts de Congolais de la Suisse sont dressés contre la dictature de Jo Ka et ses Joséphistes-Mobutistes qui ont fait du Congo, un Non-Etat.

Samedi 2 juillet 2011, Freddy Mulongo et Paul Kahumbu Ntumba, architecte de la veillée d'armes, au Pôle Sud à Lausanne. Photo Réveil FM International, archives

En France, Henri Queuille, homme politique français, plusieurs fois ministre sous la Troisième République, qui fut trois fois président du Conseil sous la Quatrième République, est connu non seulement en raison de sa longue carrière politique, en particulier sous la IVe République, et mais surtout des citations lapidaires qu'il a pu faire sur l'exercice du pouvoir, Henri Queuille (« le petit père Queuille », comme on le surnommait) a fini par devenir le symbole de l'inefficacité et du discrédit de la IVe République, empêtrée dans le régime des partis et, plus généralement, d'une certaine conception de la politique placée sous le sceau de l'impuissance fataliste et cynique. Ses jugements politiques devinrent des vérités !"La politique, ce n'est pas de résoudre les problèmes, c'est de faire taire ceux qui les posent"

En République démocratique du Congo on fait taire des Congolais par des assassinats, arrestations arbitraires, viols, tortures, empoisonnements...en toute impunité. Des troubadours dont la macabreuse vision est la balkanisation du Congo arrivent avec Kalachnikov à la main, pillent, violent, tuent, emprisonnent de paisibles citoyens parce qu'ils se sont emparés du pouvoir. Ils esclavagent et colonisent à leur gré. Puisque Mobutu Sese seko a fait 32 ans au pouvoir, les Kuluneurs de la République estiment qu'ils doivent en faire autant. Ils tripatouillent à la Constitution à leur guise, ils achètent les consciences de quelque séditieux et ambitieux avec de miettes du pillage de l'économie congolaise. Les nouveaux millionnaires du dimanche ne lésinent sur aucun moyen. Ils se pavanent en étalant leur richesse acquise en un temps record. Et pourtant, le Congolais vit aujourd'hui avec moins de 1$ par jour, 90% de Congolais sont chômeurs, 5 millions d'enfants sont analphabètes, les shegués ou enfants de la rue sont dans toutes les grandes villes du pays...

En hypothéquant les richesses congolaises, avec des contrats léonins Chinois, les Kuluneurs en cravate de la République espéraient enter-louper les congolais en silence. Il s'avère que des chinois font de clones de beignets (Mikaté) concurrençant de mamans congolaises dans leur petit gagne pain. Les deux fontaines délestées en eau de la place de la gare centrale à Kinshasa signifie-t-il le développement du Congo ? Le Congo est plus que par terre, dans un bas fond, seul une réappropriation des idéaux de Simon Kimbangu et Patrice Emery Lumumba par des Congolais peut permettre un sursaut.

Paul Kahumbu Ntumba, Dr.Fweley Diangituka et tous les Résistants-Patriotes-Combattants de la Suisse nous interpellent mais en indiquant de pistes pour la refondation et la renaissance du Grand Congo: Kongo dia Ntotila.

Le Front Civil de Résistance Populaire n'a pas un cinquième colonne imaginaire et hypothétique, mais des hommes et femmes congolais présents dans les coins et recoins de la République, chacun agit à son niveau jusqu'à ce que mûr ou pas mûr le fruit tombera de lui-même devant l'ouragan de l'histoire.

21:53 Écrit par Freddy Mulongo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |