Tripatouillage constitutionnel: Denis Sassou Nguesso aurait amené ses chefs coutumiers au Sommet Amérique-Afrique !

Tripatouillage constitutionnel: Denis Sassou Nguesso aurait amené ses chefs coutumiers au Sommet Amérique-Afrique !

L’ogre de Brazzaville, l'homme des coup d'Etat permanents, Denis Sassou Nguesso est félin. Le dictateur sanguinaire, féroce et corrompu Denis Sassou-Nguesso entend rester aux commandes du Congo-Brazzaville jusqu’à sa mort. Il veut modifier sa Constitution actuelle qui, bien que taillée sur mesure, ne lui accorde que deux mandats et impose une limite d’âge à 70 ans. L' orchestrateur des refoulements infra-humains des Kinois à Brazzaville, avec des atteintes massives aux droits de l'homme, est un haut calculateur. En effet, le dictateur du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, était arrivé le mercredi 30 juillet 2014 à Washington avant tous les chefs d'Etat africains alors que le sommet Amérique -Afrique se tenait du 4 au 6 août 2014. Avec une délégation de 40 personnes dont plusieurs chefs coutumiers (Teke, Bangala, Kongo, Loango). Objectif convaincre l'administration américaine que tous les chefs coutumiers sont avec lui et ils sont d'accord pour le tripatouillage de la Constitution afin qu'il puisse gouverner éternellement le Congo-Brazzaville. Face au marketing politique du tripatouillage de la Constitution pour demeurer éternellement au pouvoir, le Département d'Etat n'a pas accordé un seul iota aux élucubrations alambiquées du dictateur de Mpila. Denis Sassou Nguesso n'a pas convaincu les Américains qu'il doit rester après 2016.

Mercredi 31 juillet 2014, arrivée de l'ogre de Brazzaville, Denis Sassou Nguesso à la base militaire Andrews

Des médias mensonges et coupagistes ont volontairement ignoré de diffuser cette information de première ordre. Comme d'autres dictateurs-prédateurs, Denis Sassou-Nguesso caresse également le rêve d’une dynastie dictatoriale au Congo-Brazzaville, que son fils puisse lui succéder à son trône.

Le couple Obama et le dictateur Denis Sassou Nguesso à Washington

Depuis bien longtemps en effet, toutes les personnes bien avisées savent que Sassou a déjà chargé Laurent Tengo de mener la réflexion sur cette question. Cet ancien Secrétaire général de la présidence sous Pascal Lissouba, devenu député, nommé par le pouvoir en lieu et place de Mavoungou Zinga Mabio, et conseiller de Sassou en charge du département juridique, administratif et de la réforme de l’Etat, a reçu la mission de travailler sur cette éventualité en étroite collaboration avec l’incontournable Aimé Emmanuel Yoka, l’oncle et le plus grand intellectuel de la famille comme il aime s’en vanter lui-même. Proche de Roland Bouiti Viaudo (actuel maire de Pointe-Noire, proche de Mama Anto), Laurent Tengo (appelé le traître des traîtres, tout comme Claudine Munari, son ancienne collègue et ex-directrice de cabinet et égérie de Pascal Lissouba, est donc ce grand commis du pouvoir de Mpila qui a été chargé de réfléchir sur ce projet fou de la modification de la Constitution qui permettra à Sassou de garder son fauteuil doré au-delà de 2016 au nez et à la barbe du peuple congolais.

 

Amener ses chefs coutumiers dans ses bagages pour convaincre les Américains que l'opposition est inexistante au Congo-Brazzaville, que tout le monde est d'accord pour qu'il demeure éternellement, il n'y a que l'ogre du Congo-Brazzaville qui pouvait y penser et le faire. Son fiasco est équivalent au silence complice des médias mensonges coupagistes qui ont tu l'information.

Les commentaires sont fermés.