Plusieurs associations de défense des droits de l'Homme avaient cependant regretté cette intervention tardive. "On attendait un grand discours à la nation au lendemain de l'élection (...) sur la fierté d'être Français", a ainsi déploré Alain Jakubowicz, le président de la Licra.