Que retenir de la visite du pape François à Genève ?

Que retenir de la visite du pape François à Genève ?

Le pape François qui était à Genève pour les 70 ans du Conseil Œcuménique des Eglises, qui regroupe environ 350 Eglises membres dans le monde, a tenu à tous ses engagements. Il n'est pas sorti de son programme. La visite du pape François dans la cité de Calvin s'est centrée sur l’œcuménisme.

"Ce n'est qu'ensemble qu'on marche bien": le pape François a souligné lors de sa venue à Genève l' attachement de l'Eglise catholique à l'unité des Chrétiens. Toute au long de la journée, le souverain pontife a insisté sur le dialogue avec les autres chrétiens.

 

A Bossey, le pape François a mangé un tartare de légume avec salade du jardin en entrée, suivi d'un poison grillé à la sauce au beurre blanc. Pour le dessert, le chef avait prévu une tarte au citron avec des fruits frais.

En fin de journée, le pape a célébré une messe devant 30 000 personnes selon la police, 37 000 d'après le diocèse, moins que les 41 000 attendues à Palexpo. Elles étaient venues surtout de Suisse romande, d'Italie et de France. Certains étaient arrivées dès le matin.

Giuseppe (67 ans), Gabrielle (24 ans) et Dominique (17 ans), tous trois de bénévoles

A leur arrivée, les fidèles ont été accueillis par plus de 300 bénévoles vêtus de T-shirt jaune vif. Ces volontaires de Suisse et de France ont guidé le public dans les méandres de Palexpo., où la sécurité était digne d'un aéroport. Des bouteilles d'eau étaient distribuées.

Image rarissime: l'arrivée du pape François dans sa papamobile pour entrée à Palexpo

Le design du mobilier de la messe du pape et sa décoration ont été épurés et déclinés dans des couleurs pastel. Un souhait de Felicita Marockinaite, chargée de concevoir le chœur et la décoration de l’église éphémère qu’abrité Palexpo l’après-midi du 21 juin.

Felicita Marockinaite cheffe architecte du comité d’organisation de la messe du 21 juin a souhaité avec cette option mettre en avant le rite catholique et la personne du pape.

Un autre élément a joué un rôle clé: la brièveté des délais. La décision du pape de venir à Genève a été décidée en février, mais officialisée que fin mars.

Le flou entourant le programme papal dans la cité de Calvin s’est dissipé au début du mois d’avril. Le projet concret a donc débuté vers le 15 avril avec la première rencontre de l’équipe du Saint-Siège. Le comité a eu deux mois pour mettre sur pied la messe et toute la logistique qui l’accompagne.

“Le Vatican fournit le plan de base avec des impératifs très précis: mensurations de l’autel, de l’ambon et du siège du pontife ainsi que les distances exactes séparant les meubles entre eux et du bord de la scène“, précise Felicita Marockinaite. Chaque élément a une place précise au centre d’une vaste scène de 960 m2. “Question d’esthétique mais aussi pratique: les espaces ainsi définis facilitent les déplacements autour de l’autel pendant la célébration“.

L’autel mesure 3 m de longueur, 1 m de hauteur et autant de profondeur. Le siège du pape respecte les normes imposées par le Saint-Siège avec un dossier de 1,5 m de hauteur et l’ambon d’1,4 m de hauteur et seulement 60 cm de profondeur. Des dimensions raisonnables qui répondent à des normes de visibilité, notamment lorsque la messe est retransmise à la télévision. Ces trois meubles sont surélevés.

Le pape était entouré d'un détachement de la la Garde pontificale. Le président de la Confédération lui a garanti que la Suisse continuerait de soutenir ce dispositif de protection qui dure depuis plus de 500 ans.

Les commentaires sont fermés.