Madame la Procureure,

Il faudra trouver un équilibre entre les privilèges et immunités des chefs d'Etat et la nécessité de faire respecter le droit international dans ce qu’il a de plus fondamental : rendre justice aux victimes.

Dans l'espoir que le cri de tout un peuple aura la susceptibilité de retenir votre aimable attention.

Je vous prie d'agréer, Madame la procureure, l'expression de ma plus haute considération.

Adliswil, le 22 juin 2018

Huguette Walo Olela