Festival International du Journalisme: Xenia Federova, patronne de Russia Today !

Festival International du Journalisme: Xenia Federova, patronne de Russia Today !

Xenia Fedorova, patronne de Russia Today en France

Russia Today était présente à Couthures-sur-Garonne, au Festival International du journalisme. Une équipe avec plusieurs caméras, mais surtout pour elle: Xenia Federova, la patronne de Russia Today France. Elle parle français mais s'exprime mieux en anglais. A peine, que Xenia Federova terminait son intervention, à la place du cale sous un soleil d'aplomb, elle s'est laissée photographier. Pour elle, Russia Today (RT France) est du même gabarit que France 24, elle travaille en toute indépendance de Moscou. La guerre froide, de triste mémoire, est toujours dans la tête de certaines personnes. Êtes-vous espionne ? C’est une question qu’on lui pose souvent en France. Xenia Fedorova dérange et elle est imperturbable. La patronne de RT France, la chaîne d’information en continu et version française du réseau mondial russe, financée par Moscou, est intelligente et stoïque. Avec un budget de 20 millions d’euros, 150 salariés dont un tiers de journalistes et des locaux flambant neufs, coincés entre les studios parisiens de TF1 et Canal Plus, Xenia Fedorova affiche son objectif sans détour. « Sur une scène médiatique qui est depuis longtemps occupée par la chambre d’écho mainstream de la pensée unique, RT France est clairement une voix alternative », explique-t-elle. « Nous sommes beaucoup plus ouverts d’esprit, nous donnons la parole à diverses opinions et ouvrons des perspectives sur des sujets non traités par nos confrères, aux regards souvent très biaisés et partiaux », notamment sur les questions internationales concernant la Russie, la Syrie ou les États-Unis.

Xenia Fedorova, patronne de Russia Today en France

Née à Kazan, capitale du Tatarstan, d’un père ingénieur spatial et d’une mère journaliste dans la presse soviétique puis au quotidien gouvernemental Rossiyskaya Gazeta, la présidente de RT France se destinait à une brillante carrière de diplomate. « Ma mère m’a aidée à choisir ma voie. Je l’imitais en écrivant des articles à l’âge de 13 ou 15 ans, raconte-t-elle. J’ai vite compris que le journalisme m’offrirait plus de liberté d’action et d’expression. » Vers 20 ans, Xenia Fedorova découvre pour la première fois Paris, où elle apprend la langue durant huit mois, séjourne dans le Quartier latin et profite de la vie étudiante. « J’ai toujours été fascinée par la France, son histoire et sa culture, dit-elle. Les liens avec la Russie sont très forts. » Mais aujourd’hui, la journaliste, formée à l’Institut d’études américaines et canadiennes de l’Académie des sciences de Russie et à la faculté de journalisme à l’université de Moscou, ne reconnaît plus son pays d’accueil. « J’avais toujours eu le sentiment que la France était très tolérante, mais je constate à présent une tendance au repli, les médias contrôlent les opinions, c’est triste. Heureusement, il y a encore des rebelles qui n’ont pas peur de poser des questions », insiste Xenia Fedorova, qui a intégré la chaîne Russia Today dès sa création en 2005 avant de diriger Ruptly, l’agence de presse vidéo internationale de RT établie à Berlin, puis RT France à la demande de son mentor, Margarita Simonian, influente directrice éditoriale du réseau russe.

 

Xenia Fedorova, patronne de Russia Today en France

Interrogée sur les nombreuses accusations visant Russia Today, dont celle d'être une chaîne de propagande pro-Poutine financée par le Kremlin, Xenia Federova s'est inscrite en faux. "C'est très cynique de dire ce genre de choses. Que la chaîne ait été financée par l'Etat (russe, ndlr) ne veut pas dire qu'elle est une chaîne de propagande. On pourrait dire à ce prix-là que les chaînes publiques françaises sont de propagande (...) Moi ça fait 12 ans que je travaille chez RT. Je n'ai jamais reçu un coup de fil en 12 ans. Jamais on ne m'a dit de laisser tel ou tel sujet de côté. Les décisions éditoriales sont prises par les journalistes en interne (...)", a-t-elle martelé, précisant que sa chaîne traiterait de la Russie si l'actualité le nécessite.

 

Les journalistes de RT France n'ont pas été accrédités auprès du siège de campagne d'Emmanuel Macron et ne sont pas accrédités à l'Elysée.

Les commentaires sont fermés.