RDC: L'embargo de six mois l'UNPC contre Alexis Tambwe Mwamba n'est-il pas complaisant ?

RDC: L'embargo de six mois l'UNPC contre Alexis Tambwe Mwamba n'est-il pas complaisant ?

Alexis Tambwe Mwamba ministre criminel du régime de Kinshasa

Le mercredi 21 mars dernier, la Convention des Congolais de L'Etranger (CCE), ancêtre de la Fédération des Congolais de l'Etranger (FCE) de triste mémoire avec son nid des collabos, organisait une Conférence-débat à l'hôtel Intercontinental de Genève, de 12h-14h, sur la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo, avec Marie-Ange Mushobekwa, ministre aux droits humains d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale.

C'est Alexis Tambwe Mwamba, ministre de la justice du régime de Kinshasa, qui a donné des injonctions à Marie-Ange Mushobekwa d'aller à cette conférence, puisque sa belle sœur Séverine Tshibuyi préside la CCE, dont le loup blanc, est Bafwa Mubengay Lwakale, sournois, conflictuel, tireur des ficelles, ethno-tribaliste, zizaniste patenté et divisionniste de la diaspora congolaise en Suisse. La conférence-débat des Conventionnistes du Lac Léman n'aura jamais lieu à cause des patriotes-résistants-combattants. Les droits de l'homme sont bafoués, foulés aux pieds par les imposteurs qui règnent par défi en RDC, Marie-Ange Mushobekwa est invitée comme si de rien n'était, pour raconter des balivernes, alors même que la salle du Conseil des droits de l'homme bouillonne sur le cas du Congo. Les accointances des Conventionnistes du Lac Léman et le régime d'imposture, d'occupation et de prédation ne date pas de cette épisode, nous y reviendrons une autre fois.

L’Union Nationale de la Presse du Congo, UNPC a décrété un embargo de six mois contre le ministre Congolais de la Justice, Alexis Tambwe Mwamba après ses propos polémiques contre les journalistes de la RDC. Dans son intervention à la tripartite CNSA-CENI-Gouvernement ce lundi 16 juillet 2018, Tambwe n’a pas ménagé les journalistes qu’il a qualifiés de “minables, misérables, des personnes qui écrivent n’importe quoi pour peu d’argent, 1.000 ou 1.500 dollars us de Moïse Katumbi et continuent à lui accorder la parole.” Des propos “combien méprisants, irresponsables et irrespectueux” condamnés tout de suite par l’UNPC.

L'arrogant Alexis Tambwe Mwamba est un apparatchik du régime d'Alias Joseph Kabila, après avoir été un dinosaure de la dictature mobutienne, et membre actif du RCD-Goma, mouvement criminel soutenu par le Rwanda. Les journalistes sont des citoyens. Pour des injures qui ne collent pas à la peau, l'UNPC monte au créneau, mais pour ce qui est grave pour la Nation, silence radio ? N'est-ce pas de la complaisance ?

Alexis Tambwe traîne plusieurs casseroles retentissantes depuis plus de cinq décennies, aucun journaliste thuriféraire du régime n'a levé son petit doigt. Alexis Tambwe Mwamba fait l'objet des poursuites judiciaires au Royaume de Belgique pour crimes contre l’humanité suite à la destruction, par des tirs de missiles, d’un avion civil du CAL aux abords de Kindu par la rébellion du RCD dont il était l’un des responsables en 1998. Pour quoi l'UNPC n'a pas décrété l'embargo en ce moment-là, afin d'aider le ministre criminel de quitter le gouvernement pour mieux se défendre devant la justice ?

Alexis Tambwe Mwamba a refusé aux experts de l'ONU, l'autorisation pour une enquête indépendante internationale sur les crimes au Kasaï ? Il a fallu des pressions pour que la RDC revienne sur sa décision. Et le rapport des experts de l'ONU parle des crimes contre l'humanité au Kasaï par les "Bana Mura", la garde prétorienne d'Alias Joseph Kabila. L'UNPC regardait ailleurs !

John Numbi, sous sanctions internationales, a été nommé à la tête des Fardc. Il est notamment accusé d’avoir autorisé la répression de plusieurs marches de l’opposition du temps où il était le chef de la police, entre 2007 et 2010. Il a par ailleurs été soupçonné de l’assassinat de Floribert Chebeya, icône des droits de l'homme en RDC et de son chauffeur, Fidèle Bazana, en 2010. Ce qui lui a coûté non seulement son poste de chef de la police, mais également des sanctions américaines, européennes et suisses. En 2017, toutefois, John Numbi est revenu sur le devant de la scène lorsque qu'Alias Joseph Kabila l’a élevé au rang de “Grand officier” de l’ordre des héros nationaux Kabila-Lumumba reconnaissant ses “mérites et services loyaux rendus à la nation” au sein de la Police nationale congolaise. De tout ça, silence radio de l'UNPC !

Depuis 2001 qu'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale a été placé sur le trône du Congo pour mieux piller ses ressources, seize journalistes congolais sont assassinés: Franck Ngyke, Serge Maheshe, Bampuwa wa Mulamba, Didace Namujimbo, Robert Chamwami Shalubuto... sans que leurs meurtriers ne soient traduits en justice. Voila un combat noble que l'UNPC devait porter pour que la vérité éclate.

L'embargo des médias congolais contre Alexis Tambwe Mwamba ne peut avoir de l'impact que si des criminels qui écument le gouvernement Bruno Tshibala et toutes les institutions républicaines sont dégagés. Dans la diaspora congolaise, les mangeurs à tous les râteliers, ceux qui soutiennent le régime d'imposture, d'occupation et de prédation, ne méritent pas un embargo, mais une dénonciation en règle.

Les commentaires sont fermés.