Conseil des droits de l'homme: Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale ouvre les travaux de sa quatre-vingt-seizième session !

Conseil des droits de l'homme: Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale ouvre les travaux de sa quatre-vingt-seizième session !

Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale a ouvert ce matin les travaux de sa quatre-vingt-seizième session – qui se tient jusqu'au vendredi 30 août au Palais Wilson, à Genève – en adoptant son programme de travail et son ordre du jour, et en entendant une déclaration de Mme Carla Edelenbos, cheffe de la Section des pétitions et demandes au sein de la Division des traités de droits de l'homme du Haut-Commissariat aux droits de l’homme.

Mme Edelenbos a tout d’abord fait part des évolutions du travail des Nations Unies dans le domaine de la lutte contre la discrimination raciale depuis la dernière session du Comité, en attirant notamment l’attention sur l’adoption du projet final du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières qui sera adopté au Maroc en décembre 2018. Le pacte mondial est un cadre de coopération dans le domaine de la migration basé sur les droits de l’homme et la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, a souligné Mme Edelenbos, précisant que les États s’engagent notamment à veilleur à lutter contre toute forme de discrimination, de racisme et de xénophobie contre les migrants. Les États s’engagent en outre à ériger en infraction les crimes haineux contre les migrants et à mobiliser les dirigeants en vue de recenser et de prévenir les incidents d’intolérance contre les migrants, a-t-elle ajouté. Le pacte envisage par ailleurs la mise en place d’un mécanisme de renforcement de capacités et un mécanisme de suivi et d’examen, a-t-elle indiqué.

En juillet dernier, le Forum politique de haut niveau visant à contrôler la mise en œuvre des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030 a adopté une déclaration ministérielle qui reconnaît l’importance du recueil de données et de statistiques de qualité, accessibles et fiables, eu égard au rôle essentiel qu’elles jouent pour la mise en œuvre des Objectifs.

Los de sa dernière session, le Conseil des droits de l’homme a pour sa part adopté une résolution portant sur l’incompatibilité entre démocratie et racisme, a rappelé Mme Edelenbos. À cette occasion, le Conseil a exprimé ses profondes préoccupations face à la montée des partis politiques extrémistes et des mouvements et groupes qui cherchent à normaliser le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie, plus particulièrement envers les migrants et les réfugiés. Le Conseil a également tenu un dialogue interactif avec la Rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines de racisme. Elle a souligné que la lutte contre la discrimination raciale nécessite une approche intersectionnelle prenant en compte notamment l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Le 23 juillet 2018, a poursuivi Mme Edelenbos, la Cour internationale de justice a pris des mesures provisoires dans l’affaire qui oppose le Qatar aux Émirats arabes unis; elle a notamment décidé que les Émirats arabes unis doivent assurer la réunification des familles qatariennes et que les étudiants qatariens doivent pouvoir continuer leurs études aux Émirats arabes unis.

Mme Edelenbos a ensuite évoqué la réunion des Présidents des organes conventionnels qui s’est tenue à New-York du 28 mai au 1er juin et qui s’est concentrée sur l’alignement des méthodes de travail desdits organes. La réunion avec les États Membres a eu beaucoup de succès; ont notamment été abordées les questions relatives à l’amélioration des méthodes de travail, à la remise tardive des rapports, aux représailles, ou encore à l’équilibre géographique et entre les sexes dans la composition des organes conventionnels. Mme Edelenbos a incité le Comité à harmoniser ses approches avec les autres organes conventionnels et a indiqué que les Présidents des organes de traités avaient convenu de désigner des points focaux au sein de chaque comité afin d’harmoniser leurs positions en vue de la révision de 2020.

Enfin, Mme Edelenbos a annoncé qu’il s’agissait de sa dernière session avec le Comité en raison de son départ à la retraite à la fin août et a remercié tous les membres du Comité pour leur coopération. Plusieurs experts se sont ensuite exprimés pour remercier Mme Edelenbos pour son travail.

 

Demain matin, à 10 heures, le Comité auditionnera les représentants de la société civile au sujet de la mise en œuvre de la Convention dans les pays dont les rapports doivent être examinés cette semaine: Monténégro, Lettonie, Bosnie-Herzégovine et Chine.

Les commentaires sont fermés.