Festival International du Journalisme: Courrier International et presse étrangère !

Festival International du Journalisme: Courrier International et presse étrangère !

Organisée par le groupe Le Monde, dont Courrier international fait partie, la troisième édition du Festival international de journalisme a eu lieu dans le village Couthures-sur-Garonne du 13 au 15 juillet. En partenariat avec l’association fondatrice du festival, les Ateliers de Couthures, et avec le soutien de la région Nouvelle-Aquitaine, du département du Lot-et-Garonne, de Val-de-Garonne Agglo et de la ville de Marmande, Sud-Ouest, France 3 Nouvelle-Aquitaine et les quotidiens Le Temps (Suisse) et la Libre Belgique sont également partenaires, de même que Reporters sans frontières et l’association Colibris.

Directeur de la rédaction de Courrier international Eric Chol dirige la rédaction de Courrier international depuis avril 2012

Faire du journalisme en public et en plein air sur des sujets d’actualité, échanger sans filtre avec celles et ceux qui nous lisent, nous regardent et nous écoutent, discuter des enjeux actuels de l’information et du journalisme, refaire le monde à minuit en bord de Garonne, c’est l’esprit de ce festival animé par les rédactions du Groupe Le Monde !

Richard Werly (Le Temps), Louis Keumayou (Gabon 24), Marc Bassets (El Pais) et Sébastien Hervieu (Courrier International)

Le Kiosque International

Animé par Richard Werly (Le Temps-Suisse) et Sébastien Hervieu (Courrier International), chaque jour entre 14 h 30 et 15 h 45, des correspondants étrangers et journalistes de la presse internationale tentaient de comprendre la France et de la raconter. Au village Couthures-sur-Garonne, sur la place de Cale, c'est la Francophonie qui était à l'honneur. Des journalistes étrangers, qui vivent en France, parlent français et écrivent sur la France.

Ignorer la Francophonie aurait fait perdre au Festival International du journalisme, un pan important de l'autre regard sur la France. Les journalistes étrangers ont souvent deux, trois ou plusieurs cultures à la fois, cela est toujours un plus. Un enrichissement pour le pays d'accueil. Les journalistes de la presse étrangère ­ont parler de leurs déboires, leurs erreurs, le poids inévitable des clichés dans la vision qu’ils ont de ce bizarre animal politique, historique et géographique qu’est la France. Un journaliste français qui a été correspondant dans d'autres pays, son retour en France est toujours enrichissant.

Au Festival International du journalisme, il était intéressant et rare de découvrir un autre regard journalistique, et de se frotter aux critiques décapantes des éditorialistes internationaux sur les médias français, leurs comportements, leurs tabous et clichés.

Trois sessions pour entendre parler de la France et des Français autrement et avec distance : «Ces drôles de journalistes français», «Macron année 1, la victoire en chantant ? », «Correspondant en France, rêve ou sinécure ? ».

Plusieurs journalistes étrangers ont témoigné de leur métier en France: Anaïs Ginori (La Repubblica), Marc Bassets (El Pais), Gilles Toussaint (La Libre Belgique), Louis Keumayou (Gabon 24), Stéphane Benoît-Godet (Le Temps), Xenia Fedorova (Russia Today), Romy Strassenburg (journaliste indépendante)...

Le kiosque international, sur la place de cale, au village Couthures-sur-Garonne, c'était l'endroit idéal pour rencontrer des journalistes étrangers.

Les commentaires sont fermés.