RDC: Emmanuel Shadary Dauphin,Tilapia ou Fretin ?

RDC: Emmanuel Shadary Dauphin,Tilapia ou Fretin ?

Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin d'Alias Joseph Kabila

"Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt." Congolais ne tombons pas dans des pièges ourdis par le barbu de kingakati Alias Joseph Kabila contre nous ! Mauvais présage. Nous allons vers des troubles post-électorales en République démocratique du Congo. Hippolyte Kanambe Kazembere Mtwale Alias Joseph Kabila ne veut pas organiser les élections libres, démocratiques et transparentes au Congo, c’est pourquoi il a choisi Emmanuel Ramazani Shadary, le boucher du Kasaï. Dans la Majorité Présidentielle, les Henri Mova Sankany, Aubin Minaku, Matata Ponyo, Bahati Lukwebo et Ya She Okitundu Anaconda...sont plus outillés qu'Emmanuel Ramazani Shadary. Dans l'opposition les Martin Fayulu, Felix Tshisekedi, Jean Pierre Bemba, Freddy Matungulu...chacun pris individuellement va battre allègrement Emmanuel Ramazani Shadary. Pourquoi ce choix d'Alias Joseph Kabila ? Les Congolais et la communauté internationale veulent des élections en voila avec des gros pièges visibles.

Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin d'Alias Joseph Kabila

1. Avec des machines à voter, dans un pays sans infrastructures: routes et ponts, sans électricité...sans tout où l'élection présidentielle se fait à un tour, sans débat démocratique entre les candidats dont on ignore le programme de chacun, nous allons vers la contestation des résultats électoraux. Sans charisme, arriviste, parvenu et distributeur des billets verts aux participants à ses meetings du PPRD-Parti-Etat, Emmanuel Shadary est très impopulaire au Congo, surtout au sein du parti, qu'il dirige. Très clivant dans ses positions outrancières, Emmanuel Ramazani Shadary vient du Manièma, la petite province en termes de nombre d'électeurs. Il n'est pas quelqu'un qui peut gagner ! Mais on sait que l’enrôlement des électeurs pour les scrutins du 23 décembre 2018 a fait la part belle aux provinces de l’Est qui comptent 40% des personnes enrôlées sans que l’on connaisse leur part dans les dix millions d’électeurs fictifs. A 57 ans, le secrétaire permanent du PPRD-Parti-Etat, a été l’éphémère ministre de l’Intérieur pendant les manifestations réprimées. Il est d'ailleurs sous sanctions de l'Union européenne.

2. Les machines à voter de Corneille Naanga vont sortir le nom d'Emmanuel Ramazani Shadary comme vainqueur. Les contestations vont mener aux troubles. L'opposition va se résoudre à déposer ses plaintes à la Cour Constitutionnelle. Or au mois d'avril dernier, la fameuse Cour Constitutionnelle n'avait plus que six juges au lieu de neuf. En effet, un juge était mort dimanche 8 avril de maladie et deux autres avaient démissionné de leurs fonctions sans commentaires, sans explications à seulement huit mois des élections. Et au mois de mai, Alias Joseph Kabila avait nommé par ordonnance présidentielle trois nouveaux juges à cette fameuse de la Cour constitutionnelle aux ordres du régime d'imposture, d'occupation et de prédation, chargée de trancher des litiges de la présidentielle du 23 décembre en République démocratique du Congo. Il s'agit de Me Norbert Nkulu Kilombo, ce juriste nommé juge à la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, est un proche collaborateur d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale qui trône abusivement sur le Congo. Me Norbert Nkulu Kilombo a occupé sans discontinuer des fonctions officielles importantes en République démocratique du Congo depuis 2001: conseiller juridique à la présidence, ministre près le président de la République, ambassadeur de la RDC au poste stratégique du Rwanda voisin. Me Norbert Nkulu Kilombo, qui appartient à l'aile dure de la Majorité Présidentielle et au carré des collaborateurs qui ont élaboré des stratégies pour la dictature joséphiste, a été désigné par Alias Joseph Kabila lui-même. Tandis que François Bokona Wipa, un député du PPRD-Parti-Etat a été mandaté par le Parlement et le magistrat Jean Ubulu Pungu par la magistrature congolaise. Plus haute juridiction du pays, la Cour constitutionnelle est composée de 9 membres et est compétente pour juger le président de la République et le Premier ministre, mais également chargée de trancher les contentieux électoraux. Elle est aux mains des encartés joséphistes. Cette Cour Constitutionnelle pourrait-elle annoncer la victoire d'un candidat de l'opposition ? Mille fois Non ! C'est cette même Cour Constitutionnelle qui a déclaré que le Président actuel devra faire la remise et reprise avec son successeur. Pendant que l'opposition va porter plainte contre l'élection frauduleuse d'Emmanuel Ramazani Shadary, celui sera déjà investit comme Président de la République et aura déjà prêté serment...la Communauté internationale va le reconnaître. Alias Joseph Kabila en tireur des ficelles a trouvé en Emmanuel Ramazani Shadary son Dmitri Medvedev.

3. En cas des troubles post-électoraux, le régime fera appel à l'armée. Le samedi 14 juillet 2018, Alias Joseph Kabila a procédé à de nouvelles mises en place à la tête des FARDC, l’armée congolaise. Les principales nominations a concerné le remplacement du chef d’État-major général des FARDC, le général Didier Etumba, par le lieutenant général Célestin Mbala Musense, promu en même temps au grade de général d’armée. L’autre général d’armée, François Olenga Tete, ancien chef d’état-major particulier de Kabila et chef de sa maison militaire, est également envoyé à la retraire. Il devient chargé de mission de Kabila. La grande nouveauté concerne le retour aux affaires du lieutenant-général John Numbi en qualité d’Inspecteur général de l’Armée. Réhabilité par une ordonnance présidentielle de novembre 2017, le général John Numbi revient en force dans un poste très ambigu d’Inspecteur général de l’armée. Numbi est sous sanction de l’Union européenne, des Etats-Unis et de la Suisse. Il est très influent dans l’armée et dans la police congolaises. Les éléments armés à la solde du général Numbi, dont ses anciennes unités spéciales cobras et simbas, ont continué à agir au profit de Kabila, notamment au Katanga. Il est cité dans le massacre des adeptes de Bundu Dia Kongo, dans l'assassinat de Floribert Chebeya, l'icône des droits de l'homme en RDC et de son beau-frère et chauffeur Fidèle Bazana. En cas des troubles, si les Fardc interviennent il y aura plusieurs morts !

4. Ce n'est pas étonnant sous pressions internationales et nationales qu'Alias Joseph Kabila ait choisi Emmanuel Ramazani Shadary comme son dauphin parce qu'il est parmi des criminels qui connaissent très bien son imposture sur sa nationalité congolaise usurpée, les mensonges autour de Maman Sifa Mahanya, la fameuse mère putative d'Alias Joseph Kabila et l'implication de ce dernier dans l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila. Pour rappel le 25 février 1997 après la prise par l'Afdl de la ville de Kindu. Mzée Laurent-Désiré Kabila qui avait atterri à Kindu accompagné de James Kabarebe et Bizima Karaha pour l'organisation administrative du Maniema. Ils vont faire appel aux professeurs de l'extension de l'Unilu-Kindu où Emmanuel Ramazani Shadary fut un jeune professeur assistant. Et c'est lui qui a été présenté au cour d'un meeting populaire comme Gouverneur du Maniema. Précisons qu'il a des affinités avec Mama Sifa Mahanya, qui est membre de sa famille et l'une des épouses de M'zée Laurent-Désiré Kabila. Donc Emmanuel Ramazani Shadary est un pion au service de la Tutsi Power et ne va pas trahir son maître.

5. Pour barrer la route à Alias Joseph Kabila et à son Dmitri Medvedev, l'opposition congolaise doit se choisir un seul candidat et réfuter avec la dernière énergie les machines à voter. Il faut couper l'herbe sous les pieds de Corneille Naanga. Le décor est bien planté pour la contestation des résultats électoraux. Aux Congolais, fils et filles du pays de se ressaisir. Les egocrates doivent abandonner leur ego et voir l'intérêt général.

Emmanuel Ramazani Shadary ne peut pas gagner l'élection présidentielle au Congo, même face à in coq ou un cochon. Nous avons sous-estimé le petit Kadogo qui est arrivé avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, cela fait 17 ans qu'il trône sur nous et les Congolais sont devenus des esclaves d'un ancien Taximan de Dar es Salem qui n'a même pas son certificat d'école primaire...Sous-estimer Emmanuel Ramazani Shadary, sans une stratégie commune pour sauver le Congo et récupérer sa souveraineté, serait peine perdue.

Les commentaires sont fermés.