Francophonie: Louise Mushikiwabo à l'OIF, Charles Onana répond !

Francophonie: Louise Mushikiwabo à l'OIF, Charles Onana répond !

Charles Onana, journaliste d'investigation et expert de la relation Franco-Rwandaise

Nous revenons d'Erevan en Arménie où s'est tenu le XVIIè Sommet de la Francophonie. L'Arménie a été victime d'un génocide par des turcs. Le peuple arménien est hospitalier, digne et fier de sa culture. Il n'est pas dans un chantage de son génocide ni son marchandage. Au Rwanda, des crânes humains sont entassés et exposés au Mémorial du génocide à Nyamata, où des milliers de personnes ont été massacrées en 1994, lors du génocide des tutsi et hutu modérés. Le régime de Kigali a fait du génocide rwandais un fonds de commerce, pour s'absoudre du respect des droits humains dans le pays. Le dictateur-autocrate rwandais, Paul Kagamé, a toujours accusé la France d'avoir participé à «la préparation politique du génocide» et «à son exécution». Paris a toujours catégoriquement démenti toute implication dans les massacres qui ont fait, selon l'Onu, environ 800.000 morts en trois mois principalement au sein de la minorité tutsi mais aussi des Hutu modérés. Les massacres de la région de Bisesero (ouest), haut lieu de résistance tutsi face aux milices génocidaires. Le régime dictatorial de Kigali reproche à des militaires français de s'être présentés le 27 juin 1994 dans cette zone, d'avoir promis aux réfugiés tutsi de revenir, de ne l'avoir fait que le 30 juin. Un délai de trois jours au cours duquel des centaines de personnes ont été massacrées. «Rien ne vient sérieusement à l’appui de ces accusations», avait estimé en 1998 la mission parlementaire d'information sur le Rwanda, qui avait considéré que ce délai n'était pas «intentionnel».

Charles Onana est l'un des meilleurs journalistes d'investigation qui fait la fierté de la corporation en France. Il a défendu pas très longtemps sa thèse de doctorat sur le Rwanda, à l'université de Lyon. Charles Onana journaliste, il est un expert du génocide rwandais et de la relation Franco-Rwandaise. Qui d'autre que Charles Onana peut nous éclairer sur le fait que Louise Mushikiwabo est catapulté au Secrétariat Général de l'OIF ? Il a déjà publié plusieurs ouvrages sur l'Afrique à sa maison d'édition les Editions Duboiris. Charles Onana est le journaliste qui a terrorisé Paul Kagamé, Hitler Africain, ce dernier avait porté plainte contre lui et par peur d'être ridiculisé à la Cour, le dictateur-terroriste rwandais avait vite, vite, vite retiré sa plainte à Paris. Journaliste d'enquête et essayiste franco-camerounais, Charles Onana s'est surtout fait connaître par ses écrits concernant le génocide au Rwanda. Il est également connu pour son travail pionnier sur l'histoire des tirailleurs africains de l'armée française pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a dirigé l'Organisation panafricaine des journalistes indépendants au sein de laquelle il a mené une enquête sur l'assassinat du journaliste burkinabé Norbert Zongo. C'est un journaliste engagé qui répond aux questions de Réveil FM International. Un grand merci à ce grand journaliste toujours disponible pour éclairer les lanternes de nos lecteurs.

Louise Mushikiwabo désignée et catapultée au Secrétariat Général de la Francophonie

1. Réveil FM International: Quelles sont les vraies raisons du choix du président Macron pour placer Louise Mushikiwabo à l'OIF ?

Charles Onana: Les vrais raisons sont à chercher dans un rapprochement qui a plus à voir avec des intérêts privés qu'avec une quelconque raison d’État. Paul Kagame veut des gages sur l'enterrement du dossier de l'attentat du 6 avril 1994 en souffrance depuis 1997 devant la justice française. C'est son obsession ! C'est incontestablement le dossier qui menace le plus sa situation personnelle et son régime pas l’État rwandais. Quant au chef de l’État français, sous l'influence de certains lobbies pro-Kigali, il reprend la ligne tracée par Nicolas Sarkozy pour des raisons qui semblent manifestement très éloignées des intérêts nationaux et de l'honneur de la France. De Gaulle et Mitterrand auraient eu quelques difficultés à serrer la main chaleureusement à un dirigeant étranger qui insulte la France et ses soldats à longueur de journée. Et, ni l'un ni l'autre n'étaient vraiment des nains en politique et en diplomatie. Le choix de la ministre rwandaise à la tête de la francophonie est une imprudence française, une hérésie.

Erevan, le 10 octobre 2018, Louise Mushikiwabo se déhanchait déjà au Village de la Francophonie

2. Réveil FM International: Les noces Franco-rwandaises se sont-elles faites au détriment de la charte de la Francophonie ?

Charles Onana: Ce n'est pas seulement au détriment de la charte, c'est aussi en dehors du bon sens. Quel message lance-t-on aux vrais militants de la francophonie, aux intellectuels, aux artistes, aux enseignants, aux dirigeants politiques, qui s'investissent quotidiennement pour construire, enrichir, développer les échanges dans le monde francophone ? Quelle considération a-t-on pour tous ces gens qui donnent beaucoup de leur temps, de leur énergie, de leur talent pour la francophonie ? Même le procédé utilisé pour désigner la ministre rwandaise est déshonorant pour la France et les quatre anciens ministres français de la francophonie, Charles Josselin, Pierre-André Wiltzer, Hélène Conway-Mouret et André Vallini, qui ont signé une tribune soutenant que « Louise Mushikiwabo n'a pas sa place à la tête de la francophonie » l'ont bien compris. Ils ont pris leur responsabilité et c'est courageux de leur part. Il fallait une réaction digne, au moins pour sauver les apparences. Ce n'est pas le cas des Africains. Ils ont failli, ils se sont couchés devant une initiative hasardeuse des chefs d’État français et rwandais. Les Africains sont pourtant majoritaires dans la francophonie. On leur a dit que cette candidature rwandaise était une « candidature africaine » et ils ont accepté cette escroquerie. Combien de fois ont-ils vu Louise Mushikiwabo dans les réunions de la francophonie, promouvoir la langue française, défendre les cultures francophones ? Comment laisser croire que dans tout le continent africain, parmi les diplomates, les politiques et les cerveaux que regorge la francophonie, l'Afrique et la France n'ont n'ont trouvé comme candidate valable que Mushikiwabo ? Ce choix est objectivement indéfendable.

Dictateur-autocrate, Paul Kagamé a fait du génocide rwandais un fonds de commerce...ça marche

3. Réveil FM International: Le Rwanda est le pays frondeur de la France et la langue française, c'est une rwandaise qui va présider à sa destinée durant 4 ans, n'est-ce pas incompréhensible ?

Charles Onana: Non, c'est très compréhensible car le travail a été bien fait par les chefs d’État du Rwanda et de la France. Le premier a joué de sa position de président de l'Union Africaine pour faire du lobbying auprès des chefs d’État africains et faire passer sa candidate pour une « candidature africaine » et le second a utilisé le poids de la France pour faire valider, a priori, cette curieuse candidate, peu connu du monde francophone. Tous ceux qui ont laissé faire ce tour de passe-passe vont avaler les couleuvres pendant quatre ans. Je ne serai d'ailleurs pas surpris qu'elle utilise désormais la tribune de la francophonie pour faire un peu de publicité sur le « génocide du Rwanda » ou que les fonds de la francophonie soient utilisés en partie pour alimenter la propagande autour du génocide et éventuellement le rôle de la France. « L'amitié » franco-rwandaise vient de franchir un grand pas.

Erevan, Michaëlle Jean arrivant pour le concert de la Francophonie sur la Place de la République

4. Réveil FM International: Les Etats n'ont que des intérêts. Michaelle Jean a -t-elle était sacrifiée par le Canada et Québec ? On dit que le Canada vise un siège au Conseil de sécurité il aura besoin de la France et des pays africains...

Charles Onana: Les échanges de bons procédés entre États sont habituels au Conseil de sécurité, les chantages et les représailles aussi. Personnellement, je n'ai pas été surpris par l'attitude du Canada envers Michaëlle Jean. J'avais même envisagée son lâchage connaissant bien le rôle du Canada dans la prise de pouvoir de Kagame en 1994 et son silence à l'égard des prêtres canadiens assassinés par les hommes de Kagame. C'est plutôt Michaëlle Jean qui, à mon humble avis, a péché par excès de confiance au début de la campagne. Elle a cru que ça se jouerait seulement dans les circuits officiels et elle n'a pas fait une campagne populaire. Elle n'a pas cru non plus en sa victoire en Afrique francophone alors qu'elle était plus crédible et plus légitime que Mushikiwabo. Il y a eu une coalition cynique contre elle, à partir de son pays et cela était prévisible. Il ne s'agissait pas d'une compétition à la loyale. Il ne s'agissait pas d'une compétition tout court.

 

Entre les valeurs démocratiques prônées par l'OIF et les intérêts géopolitiques et économiques, la Francophonie a opté pour la tyrannie rwandaise incarnée par Louise Mushikiwabo ...

Les commentaires sont fermés.