Lors de la conférence de presse, Nadia Murad a témoigné de l’importance "que justice soit faite à un moment ou un autre, rappelant qu’aucun membre de l’État islamique n’a été traduit en justice". "Notre objectif, c’est que ce prix ouvre des portes", a-t-elle ajouté. Dans la même veine, Denis Mukwege, souhaite que ce Nobel "ne soit pas considéré comme une victoire en soi" mais plutôt "comme le début d’un combat contre un mal qui ronge notre société  : la violence faite aux femmes dans les conflits".