Patriarche Julien Ciakudia : "Le prix Nobel de Denis Mukwege, une fierté pour tous les Congolais" !

Patriarche Julien Ciakudia : "Le prix Nobel de Denis Mukwege, une fierté pour tous les Congolais" !

Au Burkina Faso, cette affiche géante fait la fierté des hommes intègres et devrait réjouir Thomas Sankara et Patrice Emery Lumumba. En République démocratique du Congo, silence radio et la télévision parle d'autres choses. A la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC), pas un mot ni une image de la remise du prix Nobel de la paix au Dr. Denis Mukwege à Oslo, le lundi 10 décembre 2018. Le régime dictatorial de Kinshasa a décidé un black out total sur cet événement mondial. La méchanceté est dans l'ADN de toute dictature. Et aucun officiel congolais n'a pris la peine de se déplacer jusqu'à Oslo pour encourager Mukwege pour son prix. Parmi les invités, nous cherchons des notables et mêmes chefs coutumiers congolais, personne ! Nous nous disons que nous verrons ne fut-ce que la présence du Cardinal Laurent Monsengo Pansiya, qui a longtemps joué un rôle politique de premier plan en République démocratique du Congo, qui a été durant 5 ans membre du prestigieux conseil de neuf cardinaux-conseillers de tous les continents, baptisé "C9", chargé d'aider le pape François à réformer l'administration du Saint-Siège, et qui vient de céder son fauteuil d'archevêque de Kinshasa, à l'âge de 79 ans...il n'est pas là ! Nous recherchons des compatriotes que nous connaissons qui 7 ans avant que les lobbyistes et profito-situationnistes ne s' engouffrent et en fassent leur affaire, ceux de ces braves combattants et résistants femmes et hommes qui avaient marché contre les viols des femmes congolaises en RDC, de Paris à Bruxelles 309 Km, durant 14 jours du 30 juin au 13 juillet 2011, nous n'en trouvons pas. Nous voyons des compatriotes inconnus, la majorité parlant Swahili, qui n'ont jamais bravé le froid de l'hiver pour la cause du Congo. Nous passons notre chemin.

Patriarche Julien Ciakudia devant le parlement norvégien à Oslo. Photo Réveil FM International

Nous retrouvons en plein cœur d'Oslo, à à l'hôtel Continental: le Patriarche Julien Ciakudia Sr, avec Me Bamenga Musingatalu son Dircab , Maman Adèle Bala Kapi la conseillere et toujours dans cet l'hôtel Continental d'Oslo nous y rencontrons Stefan Carlson, qui est venu de Gjavle en Suède, 12 heures de train... C'est bien lui Stefan Carlson qui avait fait des démarches depuis Brazzaville en 1987, à l'époque il était comptable de la mission de l'Eglise Évangélique du Congo, pour l'évacuation de celui que l'on dénomme aujourd'hui le De Gaulle Congolais, dans la résistance patriotique congolaise mondiale, il est en même temps le président national du parti politique Union pour la République (UPR), lui c'est Le Patriarche Julien Ciakudia Sr , le Premier Pasteur Noir de l'Eglise d'Etat du Royaume de la Norvège.

1. Réveil FM International: Patriarche Julien Ciakudia, pourquoi êtes-vous à Oslo ? Est-ce que c'est pour le Prix Nobel de Denis Mukwege ?

Patriarche Julien Ciakudia: Le prix Nobel de paix remis à Denis Mukwege ce jour a Oslo, Norvège est la fierté de toutes les Congolaises et de tous les Congolais. Nous devons être là. Ce prix remet le Congo sur la table internationale. Ce prix est aussi celui des larmes et douleurs de toutes femmes congolaises victimes de viols en République démocratique du Congo. Ce n'est pas un prix de joie, loin de là. C'est pourquoi j'ai décidé de ne pas m'associer au banquet ou Gala en association avec le Belge léopodien Louis Michel que je considère comme le violeur par excellence du Congo, pas différent d'un terroriste extrémiste, un néo-colonialiste, néo-esclavagiste raciste blanc qui ne veut nullement de l’émancipation de l'homme noir, de la femme noire et des tous Africains, j'ai décidé ainsi de rester dans un lieu calme comme cet hôtel Continental d'Oslo en face du Grand hôtel du recipiendaire Dr Mukwege pour mieux réfléchir: Oui Le prix Nobel et après ? Il faut maintenant que je collabore stratégiquement avec mon compatriote et frère le Nobel Dr. Mukwege en tant qu'un chevronné lobbyiste international ayant sillonne plus d'une de trois décennies les capitales des trois continents avec le dossier du Congo pour ramener tous les décideurs internationaux au chevet du Congo comme nous l'avions fait a l’époque toujours d'Oslo avec mon respectueux ami un autre Nobel, le sud Africain Archevêque Desmond TUTU Mpilo pour mettre fin au règne d'apartheid en Afrique du Sud , la libération de Nelson Mandela et de nos camarades de l'ANC. Au chevet du Congo malade, les décideurs du monde doivent dire ensemble : PLUS JAMAIS CA EN RDC, LES CONGOLAIS DOIVENT VIVRE ET VIVRE DIGNEMENT AVEC UN LEADERSHIP NATIONAL PROMOTEURS DES VALEURS ÉTHIQUES DE BONNE GOUVERNANCE, DE RESPECT DES DROITS HUMAINS ET DEMOCRATIQUES. Le pillage des ressources de la RDC doit s'arrêter. Il nous faut discuter avec eux pour que la paix revienne au Congo, que le coltan soit exploité de manière normale en payant le juste prix, que le lithium pour la fabrication des voitures électriques le soit aussi. Les viols des femmes congolaises ne sont que les conséquences de pillages de ressources. S'ils veulent des minerais, ils doivent discuter avec les congolais. Nous devons avec eux mettre fin aux rebellions et aux seigneurs des rebellions et aussi nous déterminer contre l’impunité. C'est bien ça mon combat de plus de 35 ans de ma vie qui a culminer ce jour à Oslo au prix Nobel de la paix donner par le Comite Nobel à un de notre digne fils Dr Denis Mukwege dans sa courageuse intervention pour soigner les femmes victimes de la barbarie humaine à l’hôpital de Panzi à Bukavu, à l'Est de la RDC.

Le Patriarche Julien Ciakudia devant le Grand Hôtel à Oslo. Photo Réveil FM International

2. Réveil FM International: Vous êtes le Premier Pasteur Noir de l'Eglise d'Etat en Norvège ...

Patriarche Julien Ciakudia: Je n'avais que 27 ans, lorsque venant du Canada je suis rentré au Zaïre avec mon doctorat de l’université de Montréal. A Montreal, j'ai fus président des étudiants et stagiaires Africains au Quebec. Le Maréchal Mobutu qui voulait bénéficiait de la coopération avec le Canada avait organisé le rapatriement de tous mes biens du Canada au Zaïre. Il voulait me nommer Ministre des Affaires étrangères. Une fois à Kinshasa, avec un background des spécialiste de théologie de libération, j'ai répondu que j'étais trop jeune et qu'il me fallait encore du temps, J'avais oublié que dans une dictature, on ne négocie pas la décision du chef éclairé. Sans le savoir j'avais signé mon arrêt de mort ! Suite à plusieurs tracasseries et même risque d'assassinat, j'ai donc fuis à Brazzaville. Deux ans après, je suis arrivé à Oslo en Norvège comme réfugié politique contre l'ex-dictateur de l'ex-Zaïre, avec ma famille, le 29 Juin 1988 en provenance de Brazzaville avec un "Sauf Conduit" signé par la présidence de la République du Congo. A l'aéroport de Maya Maya, devant 50 amis missionnaires Suédois et Norvégiens incluant leurs enfants, le Colonel Ngolondele, général aujourd'hui chef des services de sécurité à l’époque du président Dénis Sassou Nguesso est venu à ma rencontre et m'a dit ceci: "Vous avez de la chance car nous ne voulons pas d'un autre Pierre Mulele ici. Là où vous partez si on vous refuse l'asile ne remettait plus vos pieds ici. Sinon c'est Kinshasa qui va vous cueillir " ! Les 50 missionnaires qui m'avaient accompagné ont attendu une heure à l'aéroport pour être sûr que l'avion avait décollé sans retour. Le parlement norvégien a mis 6 mois avant de décider que j'oeuvre comme Pasteur dans son Eglise d'Etat. Sur recommandation de Sa Majesté le Roi OLAV V père de l'actuel Roi Sa Majeste le ROI HARALD V, dès novembre 1988, j'ai commencé à travailler comme Invandrerprest ( Prêtre en charge de l'intégration des étrangers , de l'immigration et des réfugiés ) pour Det Norke Kirke, EGLISE d'Etat du Royaume de Norvège avec comme Chef Suprême, Bishop AArflot. Je suis ainsi le Premier Pasteur noir et étranger i det Norske Kirke au Royaume de Norvège. Il n'y avait pas beaucoup d'étrangers comme aujourd'hui. La Norvège était un pays fermé contre l'immigration. les Norvégiens ne connaissaient même pas le Zaïre. Il fallait les montrer sur une carte géographique où se situait le Zaïre, au cœur du continent africain. J'ai dû batailler fort pour que les étrangers aient leur place dans ce pays. J'ai convaincu par exemple Bishop AArflot que les musulmans devraient avoir leur cimetière. En même temps, je n'ai pas oublié mon pays. Il fallait combattre la dictature de Mobutu. J'ai ouvert à Oslo, KONGO-ZAIRE INFORMATION OFFICE OF SCANDINAVIA afin de mettre le Zaïre sur l'agenda politique de la Norvège, des pays Scandinaves et tous les pays Nordiques.

Le Patriarche Julien Ciakudia à l'entrée du parlement norvégien à Oslo. Photo Réveil FM International

3. Réveil FM International: C'est vous qui aviez installé l'Udps en Scandinavie, pourquoi seulement ce parti politique ?

Patriarche Julien Ciakudia: A l'époque, nous sommes sous la dictature Mobutu. Le seul parti de la masse populaire qui regroupait toutes les tribus et provinces du pays, c'était l'Udps avec ses 13 parlementaires d'horizons divers. Donc pour combattre la dictature de Mobutu qui avait décapité l'Udps en reléguant les 13 parlementaires Fondateurs dans leurs villages respectifs, j'ai contribué à sauver ce parti en installant la représentation de l'Udps en Scandinavie, sous le Président Prof Marcel Liyawu Ebwa, qui était à Boston aux Etats-Unis ! C'est moi, qui ait amené à la fin de sa relégation, mon oncle Isidore Kanana Tshiongo a Minanga, l'un des 13 parlementaires fondateuirs de l'Udps, au parlement norvégien ici. Lors de la rencontre avec le Comité parlementaires des Affaires étrangères et de la défense ici au parlement de Norvège, devant les autorités du ministères des Affaires étrangères, les leaders des églises, les organisations de la défense de droits humains. Je lui ai demandé d’enlever sa veste et chemise pour montrer aux parlementaires des séquelles de sévices corporelles du régime Mobutu. Je me suis battu en mettant en place des stratégies avec mes amis Norvégiens et Sud Africains pour le boycott international des produits miniers et autres venant de l'Afrique du Sud et même de la surveillance du dictateur Mobutu dans ses rapports d'affaires avec les Peter Botha et autre Declerk tentant à contourner le boycott économique. Avec mes amis de l'ANC, peu avant la libération de Nelson Mandela, j'ai eu à proposer à ma camarde Madame Thandi LUYABA RANKOE, la représentante de l'ANC à OSlo pendant l’apartheid, la cooptation du Zaïre, un pays francophone comme membre de SADC et même contribuer avec nos amis au prix Nobel de Nelson Mandela et Frederik Willem de Clerk en 1993.

Je voulais aussi un prix Nobel à l'époque pour mon pays. Le travail de démocratisation des 13 parlementaires était significatif et donc un prix pour l'Udps n'était pas exclut. A l'époque, ils étaient encore 13 parlementaires unis et soudés. J'ai entrepris des démarches en ce sens. Sur recommandation du Comité Nobel, des amis parlementaires et autres autorités du ministère des Affaires étrangères du royaume de la Norvege. Je suis même rendu à plusieurs reprises, à mes frais, en Afrique du Sud, pour que mon ami l’archevêque Desmond Tutu Prix Nobel soutienne ma démarche en proposant Etienne Tshisekedi. J'ai envoyé l'invitation à Etienne Tshisekedi "Mula Nkwasa", il a préféré envoyé Maman Marthe, son épouse me rejoindre à Johannesburg. Mes démarches pour un prix Nobel pour la RDC ne date pas d'aujourd'hui. J'ai eu a dépense, pendant plus de trois décennies: temps, argents et énergies pour y arriver. Je suis content que 30 ans après mon arrivée à Oslo en Norvège, et de toutes ces nombreuses démarches et stratégies que ce prix soit remis enfin aujourd'hui 10 décembre 2018 au Dr. Denis Mukwege, un congolais.

Le Patriarche Julien Ciakudia avec le premier laïc étranger à Oslo Domkirke. Photo Réveil FM International

4. Réveil FM International: Est-ce que c'est cet échec qui vous rend très jaloux de Félix Tshilombo et son Udps ? Pourquoi soutenez-vous Martin Fayulu qui n'est pas Muluba du Kasaï ?

Patriarche Julien Ciakudia: Etre jaloux de qui et de quoi ? Lorsque j'appelais à l'époque depuis Oslo, c'est ce jeune de Félix Tshilombo qui me répondait et allait remettre le téléphone et mes messages fidèlement et avec respect à son père, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba ou parfois à sa maman mon amie à l’époque, maman Marthe Kasalu.

Vous noterez que Je ne suis esclave de personne. J'ai vendu mes maisons en Europe pour investir dans des démarches que je faisais pour mon pays. J'ai privé ma famille surtout de ma présence par des multiples voyages à travers 3 continents. J'ai été toujours entre deux avions car je croyais bien faire pour sauver mon peuple et mon pays. J'ai fais entrer l'UDPS dans international socialiste ; lors du passage de mon oncle Isidore Kanana à Oslo en 1992. Pendant son séjour d'un mois chez moi à Oslo, sur recommandation de son ami Etienne Tshisekedi à l’époque Premier ministre élu, de la Conférence Nationale Souveraine. Felix Tshisekedi doit se souvenir de la cassette vidéo ramener par lui de Kinshasa à Bruxelles et présentée par lui même dans son appartement à la représentation de l'UDPS Benelux; s'il est sincère, il vous dira la recommandation faite par le plus influent des ces hommes d'affaires du Kasaï, en réunion avec le Premier ministre Tshisekedi au sujet du prix des vivres pour apaiser la tension sociale. Oui par la bouche du plus influent d'entre eux, le Premier ministre élu de la conférence nationale souveraine s'est vu renvoyer à un certain pasteur Julien Ciakudia à Oslo pour l'aider ,car eux aussi recours à ses relations pour acheter les mêmes vivres à l’extérieur du pays et que ce pasteur pourra vous être très utile pour stabiliser votre plan économique.

Mon oncle Isidore Kanana Tshiongo a Minanga m'avait demandé un vœux de ne pas critiquer son ami Etienne Tshisekedi. J'ai respecté mon engagement ! Vous vous souvenez de votre confrère Roger Bongos-Afrique Rédaction qui m'avait titillé avec ses questions tatillonnes sur Etienne Tshisekedi, je n'avais rien répondu et cela m'avait fait apparaître comme un individu qui ne connaissait rien. Etienne Tshisekedi étant encore vivant, je ne pouvais rien répondre. Avec mon oncle Isidore Kanana Tshiongo a Minanga, j'avais pris l'engagement pour son ami Etienne Tshisekedi, pas pour toute la famille Tshisekedi ! Félix Tshilombo ne sait-il pas que je résides à Londres ? Sa Maman non plus ? Pourquoi Félix Tshilombo au lieu de ramasser le parti, n'a-t-il pas pris la peine de rassembler tous les enfants de 13 parlementaires Fondateurs de l'Udps pour reconstruire l'avenir de l'Udps ? Et aussi de s'ouvrir aux anciens du parti, les fondateurs vivants et autres caciques abandonnés à leur propre sort, après avoir investi autant d’énergie pour ce parti.

Aujourd'hui, Je suis attaqué sur les réseaux sociaux que je suis jaloux et haineux de Félix Tshilombo alors que moi j'ai investi mon argent , temps, énergie, intelligence et mon carnet d'adresse pour sauver internationalement ce parti. Qui est ingrat ? Moi ou Felix Tshisekedi et sa maman avec leur format familial de l'Udps actuel ? Je ne suis esclave de personne ! Je m'étais engagé pour Etienne Tshisekedi seul et pour l'UDPS de 13 parlementaires qui représentaient l'ensemble des ethnies et tribus de la RDC, pas pour le fils à qui que ce soit ou pour la famille de quiconque encore moins pour les membres d'une ethnies ou tribu quelconque.

Le problème du Grand Kasaï, nous avons voulu un seul leader "Mula Nkwasa"maintenant qu'il n'est plus là. Certains Kasaïens pensent automatiquement que je dois me mettre au service du fils d'Etienne Tshisekedi. A mon âge, après avoir travaillé près de 30 ans de ma vie avec le père, je suis sorti sans aucune reconnaissance, avec un constat de mépris et d'ingratitude et je dois travaillé pour l'incapacitaire de fils, qui n'écoute pas, qui est imbu de lui-même dans son orgueil de fils à papa.. et qui va faire des incantations nocturnes sur le corps de son père, alors que ce dernier doit être enterré selon nos us et coutumes luba pour le repos de son âme après avoir rendu le compte à ses collaborateurs qui lui ont précédé en lui laissant un parti et un peuple ...assassinés par le pouvoir dictatorial.

 

Patriarche Julien Ciakudia à Oslo Domkirke, cathédrale protestante. Photo Réveil FM International

5. Réveil FM International: Et Martin Fayulu donc ?

Patriarche Julien Ciakudia: En fevrier 2012, à Londres, j'ai eu à recevoir Martin Fayulu chez moi après le second hold-up électoral de Joseph Kabila contre Etienne Tshisekedi. A l'époque, il était le Porte-parole de Dynamique Tshisekedi Président ! Nous avions parlé longuement et je lui fait comprendre le combat que je mène au départ de Londres dans mon exil volontaire avec nos camarades patriotes combattants et résistants dans la résistance patriotique congolaise mondiale pour libérer totalement notre pays des vautours terroristes extrémistes tutsi rwandais, leurs infiltres et leurs collabos et nous avons décider de conduite à adopter et du soutien mutuel. Depuis que nous avions nous sommes engagés à cette époque jusqu'aujourd'hui, mon ami et camarde patriote Martin Fayulu est demeuré constant sur terrain. Je suis allé plus loin jusqu’à pointer sur Martin Fayulu comme leader et j'ai bravé toutes les critiques, sans base, voleurs escrocs de Kimbuta, ....

Depuis ces dernières 3 semaines de la montée spirituelle et fulgurante de Martin Fayulu, je reçois des insultes, injures et même des menaces de mort, pourquoi moi Kasaïen et luba, je soutiens Fayulu de Bandundu ? Ces menaces proviennent y compris de nos compatriotes qui vivent aux Etats-Unis, le Canada pays de grande démocratie. Les Talibans-ethno-tribalistes doivent se rhabiller. Fayulu est Congolais, je suis fils du Congo et nationaliste, mon candidat est Fayulu et je le soutiens. Quel est le programme des autres, leur idéologie ? Moi qui combat les occupants et pilleur terroristes tutsis Yoweri Museveni de l'Ouganda et Paul Kagamé du Rwanda, vais-je soutenir l'accord de Nairobi entre Félix Tshilombo et l'imposteur usurpateur d’identité congolaise Vital Kamerhé ? Mille fois non ! Nos compatriotes kasaïens et surtout mes frères baluba doivent se ressaisir que c'est le Congo qui mérite d'être sauvé et non nos tribus et ethnies. Martin Fayulu est 100% congolais. Ceux qui dorment avec Paul Kagamé ou Youweri Museveni dans leur lit, n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes.

Les commentaires sont fermés.