23 décembre: Fayulu n'a pas de mot d'ordre !

23 décembre: Fayulu n'a pas de mot d'ordre !

Fayulu, Président !

Martin Fayulu, le candidat le plus populaire de la République démocratique du Congo n'a pas de mot d'ordre à donner au peuple congolais. Chaque congolais majeur et inscrit sur la liste électorale doit voter le 23 décembre. Le soldat du peuple, Martin Fayulu doit s'atteler à prendre langue avec le peuple congolais à travers la société civile de tous les coins et recoins de la République. Partout où il est passé durant cette campagne électorale, ce retour du terrain, lui permettra de connaitre le pouls du peuple congolais: Beni, Butembo, Bunia, Isiro, Kisangani, Goma, Bukavu, Lubumbashi, Kalemie, Mbandaka, Gemena, Gbadolite, Bandundu-Ville, Kikwit, Idiofa, Ngungu, Masimanimba, Matadi, Boma... que veulent nos peuplades. Le peuple congolais doit donner à Martin Fayulu la force d'agir et lui dire ce qu'il veut. C'est cela la démocratie et une démarche responsable.

Que Martin Fayulu ne fasse pas l'erreur commise par les deux Troubadours Nairobistes au siège de l'Udps à Kinshasa cet après-midi: repus, joues joufflues, mains dans les poches...la déclaration est alambiquée frise l'enfantillage face aux vrais enjeux du pays. Félix Tshilombo fait comme son père "Mula Nkwasa" qui dormait alors que le pays brûlait sous la dictature Mobutu. Et lorsque les Ambassadeurs de la Troïka (Etats-Unis, France et Belgique) arrivaient à Limeté, ils attendaient deux à trois heures sous l'arbre, avant d'être reçus.

CACH roule pour le régime d'Alias Kabila. Le vrai dauphin, c'est Félix Tshilombo à qui on lui a collé Vital Kamerhéon, un individu dangereux et rusé pour le Congo. Les deux Dupont-Dupod sont vraiment loin des aspirations du peuple.

Accepter la décision inique et inacceptable du report du scrutin du 23 au 30 décembre de Corneille Nangaa sans conditionnalités est navrant et frise l'amateurisme politique. Corneille Nangaa, le Président de la fameuse Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et son équipe doivent démissionner pour incompétence comme le réclame la société civile du Sud-Kivu ! La CENI n'a pas réussi à organiser les élections dans le pays, durant les 7 ans dont 2 ans de glissement du régime d'imposture, d'occupation et de prédation. C'est le troisième report qu'il impose au pays. Le Congo doit-il continuer à la traîne à cause de la volonté d'un incapacitaire qui protège un imposteur illégitime depuis 2016 ? Corneille Nangaa est l'arbre qui cache la forêt. C'est lui qui doit dégager pour mieux s'occuper de l'imposteur et barbu de Kingakati, tireur des ficelles.

D'ici chaque congolais doit s'arrêter un sifflet ou un Vuvuzéla pour signer la fin du régime le 23 décembre à 23h59 !

Les commentaires sont fermés.