S'attaquer aux journalistes, les Bena Mpuka ne s’attendaient à un retour de feu dévorant. Les chevaliers de la plume et du micros ne se laissent pas intimider. C'est Félix Tshilombo qui est entrain de perdre. On ne badine pas avec la presse impunément. Le retour du bâton est sans appel. Il ne suffit pas de faire injurier des journalistes pour être victorieux. Ses miliciens Bena Mpuka, Talibans sont conscients que leur Gourou est moins bien loti que Martin Fayulu, un bulldozer, rouleau compresseur. Félix Tshilombo doute de sa victoire. Ses aigris Talibans ont oublié un seul principe: Dans une campagne électorale on fédère et rassemble. Félix Tshilombo éparpille des voix qui lui sont utiles. Il ne peut pas avoir tous les Congolais éprissent de paix, sauf ses Bena Mpuka et gagner l'élection présidentielle.

On lèche, on lâche, on lynche Félix Tshilombo , Gourou des Bena Mpuka ? Non Mille fois non ! Insulter des journalistes par sa milice ne les empêchent de travailler et d'aiguiser la fouine ! habitué aux thuriféraires et coupagistes qui chantent ses louanges de Fils à Papa, Félix Tshilombo est vraiment perdu car il est en face des journalistes capables de lâcher et lyncher ! Il a un Etat de grâce, celui de retirer ses chiens enragés qui transmettent de la tétanos et de l'Ebola à leurs morsures et ne font pas le poids.