Le ministre, également chargé des rapports du gouvernement avec les religions, a aussi souligné lundi que l'on ne pouvait «confondre l'immense majorité de nos compatriotes musulmans (...) avec une minorité agissante, dangereuse, qui voudrait imposer une autre loi que celle de la République».