Ainsi François Hollande avait déclaré qu’il recevait le président Yayi Boni en raison de l’exemplarité de la démocratie béninoise et de la grande considération qu’il porte pour l’Afrique. Les deux Chefs d’Etat avaient également débattu de quelques sujets d’actualité dont : la crise malienne et le péril terroriste dans le Sahel.

Concernant la crise malienne, les deux Chefs d’Etat avaient réaffirmé l’urgence d’un retour effectif à l’ordre constitutionnel et l’impératif du maintien de l’intégrité territoriale du Mali.

Quant au péril terroriste dans le Sahel, ils avaient convenu qu’il faille agir vite dans un cadre de mobilisation de la communauté internationale par une saisine rapide du Conseil de sécurité de l’Onu.

Dès la fin de la visite à l’Elysée, Yayi Boni s’était rendu au siège de la Francophonie où il avait rencontré son Secrétaire général, Abdou Diouf.

En milieu d’après-midi de ce même jour, le Chef de l’Etat béninois avait reçu Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères de la France, avant de rendre visite au Premier ministre Jean-Marc Ayrault.